DESIGN | EXPO

Maison & Objet – Rising Talent Awards | Rosie Li

06 Sep - 10 Sep 2019

L’exposition-sélection des "Rising Talent Awards" du salon Maison & Objet de septembre 2019 sera l'occasion d'une plongée dans le design émergent états-unien. Et surtout new-yorkais. De Brooklyn. Parmi les six créateurs retenus : focus sur la designer Rosie Li, avec ses luminaires élégants et structurés.

Tandis que la rentrée se prépare sous le signe de la Paris Design Week, les professionnels auront pour leur part rendez-vous au salon Maison & Objet, au Parc des expositions Paris Nord Villepinte. Si les deux évènements simultanés sont fédérés par la même structure (Maison & Objet), pour autant l’un est un salon professionnel, tandis que l’autre propose des expositions ouvertes dans différents lieux parisiens. Avec ses soixante-quinze-mille visiteurs attendus à chaque édition (deux par an, janvier et septembre), le salon M&O laisse deviner un secteur (habitat et design) bien portant. Gage de qualité, Maison & Objet promeut également une sélection de designers internationaux, via deux labels distinctifs. Le label « Designer of the Year » d’une part, qui, comme son nom ne l’indique pas, valorise le travail de deux designers par an. Et l’exposition-sélection « Rising Talent Arwards », avec une demi-douzaine de créateurs émergents. Focus sur Rosie Li.

« Rising Talent Awards » 2019 : focus sur la designer new-yorkais Rosie Li

Jeune designer new-yorkaise, Rosie Li cultive une création raffinée, où luxe et lumière ne font qu’un. Créatrice de luminaires, Rosie Li compose des pièces (lampes à poser, pendant, appliques…) alliant miroirs et métal. En somme des matériaux au fort pouvoir réfléchissant. Entre Minimalisme et Baroque, ou Art déco, les pièces de Rosie Li naviguent d’époques en époques. Cultivant ainsi un charme plutôt atemporel. Même si l’œil exercé (ne serait-ce que sommairement) ne pourra s’empêcher de projeter (à tort ou à raison) des clins d’œil à l’art contemporain. À Jeff Koons, par exemple, pour la série Bubbly, toute en rondeurs ludiques et réfléchissantes. Mais surtout au peintre pré-minimaliste Frank Stella, pour la lampe Stella (2011). Référence directe, cette série de luminaires combine formes géométriques et stries lumineuses. Une pièce remarquée, qui préfigure déjà la suite du travail de Rosie Li, entre Minimalisme et attention portée aux qualités décoratives des objets.

Les luminaires élégants et structurés de Rosie Li au salon Maison et Objet (M&O)

À la lisière de l’orfèvrerie, les luminaires de Rosie Li font souvent référence aux structures végétalisantes. Mais jouant sur la géométrie, ses pièces ont aussi des allures de schémas moléculaires. Pour des assemblages très architecturés, à la fois simples et prompts à gommer toute trace de main humaine. L’élégance et la légèreté signent ici ses pièces. Pour une poésie qui se nourrit de rigueur formelle, à la fois raffinée et fonctionnelle. Puisant son inspiration dans des formes comme les bulles, cristaux, végétaux… Le design de Rosie Li oscille entre mécanique d’horlogerie et dynamiques organiques. Une transposition d’autant plus contrastée que les matériaux employés relève d’avantage du minéral et métallique que du végétal. Aux côtés des autres designers des « Rising Talent Awards » de septembre 2019 (Alex Brokamp, Bailey Fontaine, Green River Project, Harold et Kin & Company), la new-yorkaise Rosie Li déploiera ainsi ses luminaires à l’élégance moléculaire.