DANSE | SPECTACLE

Montpellier Danse | Les Six Concertos Brandebourgeois

05 Juil - 06 Juil 2019

Pièce pour seize danseurs de générations différentes, Les Six Concertos Brandebourgeois de la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker s'immergent, pour la cinquième fois, dans l'architecture musicale de Johann Sebastian Bach. Entre structure classique et dynamique baroque.

De combien de compositeurs et musiciens peut-il être affirmé qu’à chaque minute, à chaque seconde dans le monde, sonne ici ou là l’une de ses œuvres ? Comme le note Kees van Houten, Johann Sebastian Bach fait partie de ceux-là. Ses œuvres ne cessent de fasciner. Et lorsqu’il s’agit d’enseigner la musique à des intelligences artificielles, ce sont encore ses systèmes harmoniques qui servent de référence. Chorégraphe attachée à creuser la danse jusqu’à ce qu’elle a de plus universel et humain, Anne Teresa De Keersmaeker (Cie Rosas) livre un nouvel opus bachien. À savoir Les Six Concertos Brandebourgeois (2018). Et pièce pour seize danseurs, elle répond à une obsession musicale née trente ans plus tôt. Quand, travaillant Violin Phase à New York en 1980, Anne Teresa De Keersmaeker avait alors deux ossatures sonores : la musique de Steve Reich et les six Concertos Brandebourgeois.

Les Six Concertos Brandebourgeois d’Anne Teresa De Keersmaeker : le mouvement nu

Capables d’effacer le monde comme de le recréer, les musiques de Johann Sebastian Bach et Steve Reich concentrent l’attention. Pour cette pièce homonyme, les six Concertos Brandebourgeois BWV 1046-1051 sont interprétés en live par le B’Rock Orchestra. Et ce, sous la direction musicale de la violoniste Amandine Beyer, déjà interprète de la Partita pour violon seul no 2 de Johann Sebastian Bach, pour Partita 2 (2013) ; duo d’Anne Teresa De Keersmaeker et Boris Charmatz. Jeu sur le rythme, la marche, la mise au jour de ce qui fait la chair même du mouvement comme de l’émotion, Les Six Concertos Brandebourgeois promettent une plongée intensive dans la texture même de l’acte, du geste. Comme le modelage d’une portion d’espace-temps autonome, avec ses propres ramifications dans le passé (mémoire) et le futur (anticipation). Réunissant plusieurs générations de danseurs de Rosas, la pièce courtise l’exultation.

Cinquième plongée chorégraphique dans la musique de Johann Sebastian Bach

Cinquième œuvre bachienne d’Anne Teresa De Keersmaeker, c’est aussi l’une de ses pièces les plus amples. En termes de nombre d’interprètes, notamment. Et après Toccata (1993), Partita 2 (2013), Vortex Temporum (2013) et Mitten wir im Leben sind/Bach6Cellosuiten (2017), la structure des interactions se déploie ici avec seize énergies mouvantes. Amplifiant cette densité en l’allégeant des scories susceptibles de détourner de l’essentiel, la pièce opère une plongée dans le mouvement. Expliquant son processus de composition, Anne Teresa De Keersmaeker souligne sa recherche, avec les danseurs, d' »un matériel ‘unisexe' ». Avant d’ajouter : « Cela a demandé, de mon côté, la mise en place d’une architecture forte et claire ». Pour une œuvre qui, à l’instar de sa structure musicale, cultive le pouvoir de réinitialiser les affects.

Itinéraire du spectacle (non exhaustif) :
– Opéra Berlioz / Le Corum, dans le cadre de Montpellier Danse, les 5 et 6 juillet 2019.
– Opéra de Lille, du 24 au 26 mai 2019.