DANSE | SPECTACLE

Vortex Temporum

28 Avr - 07 Mai 2014
Vernissage le 28 Avr 2014

Depuis toujours attirée par les longues partitions fortement construites, Anne Teresa de Keersmaeker est captivée par la perception horizontale du temps qui s’affirme dans Vortex Temporum. Sur une composition de Gérard Grisey, interprétée par l’ensemble Ictus, Anne Teresa de Keersmaeker invente une «danse de tempos».

Anne Teresa de Keersmaeker

Vortex Temporum

Depuis le minimalisme de ses premiers pas, avec Fase et Rosas danst Rosas, Anne Teresa de Keersmaeker a su, ostinato, élaborer un vocabulaire dansant dont elle n’a cessé d’éprouver et de développer la syntaxe, en résonance avec des écritures musicales minutieusement choisies.

Ne s’interdisant a priori aucun genre, aucune époque. En atendant et Cesena nous avaient laissés tout imprégnés des suavités de l’Ars subtilior du XIVe siècle. Malgré la consonance latine du titre de sa prochaine création, Vortex Temporum nous reconduit à la toute fin du XXe siècle. Composée en 1996 pour un sextuor instrumental comprenant flûte, clarinette, violon, alto, violoncelle et piano, cette oeuvre du compositeur français Gérard Grisey, dont le nom reste attaché à la notion de «musique spectrale », déploie toute une « polyphonie de vitesses » que la chorégraphe de rosas traduit par une « danse de tempos ». Avec les musiciens de l’ensemble ictus, s’organise un tressage commun du « tourbillon des temps »: la longue mutation de la matière, le temps mesuré de l’expression, le court-circuit de l’extase.

critique

Vortex Temporum