ART | EXPO

À des années-lumière

20 Oct - 03 Mar 2019
Vernissage le 20 Oct 2018

L’exposition « À des années-lumière » au Musée des Beaux-Arts de Caen réunit autour du thème de la lumière des peintures de Philippe Decrauzat et Bernard Frize, les sculptures de Bernard Quesniaux, les installations de Katinka Bock et Bertrand Lavier, les dessins de Gérard Titus-Carmel et les photographies de Hiroshi Sugimoto.

L’exposition « À des annéeslumière » au Musée des Beaux-Arts de Caen rassemble des peintures, des sculptures, des dessins, des photographies et des installations autour de la lumière.

À des annéeslumière : la lumière comme matériau plastique

Quatrième volet du programme « En dialogues », l’exposition réunit une trentaine d’œuvres issues des collections du Frac Normandie Caen et du Musée des Beaux-Arts de Caen qui ont en commun d’aborder le thème de la lumière, que ce soit en représentant les effets ou en l’utilisant comme un médium à part entière. Des œuvres qui adoptent des formes diverses : dessinée chez Gérard Titus-Carmel, peinte chez Philippe Decrauzat, sculptée chez Bernard Quesniaux, photographiée chez Hiroshi Sugimoto ou encore sous la forme d’installation chez Katinka Bock.   

Si la lumière a toujours été un thème et un élément plastique majeur dans l’histoire de l’art, les artistes se sont pendant longtemps concentrés sur sa représentation à travers ses effets, ces derniers étant considérés comme l’une des conditions de la visibilité du monde. Puis, progressivement, l’arrivée de l’éclairage artificiel et son omniprésence a permis l’utilisation de la lumière en tant que matériau à part entière.

Des peintures de Decrauzat et Frize aux installations de Bock et Lavier

L’installation Philips, réalisée en 2008 par Bertrand Lavier témoigne de cet usage de la lumière comme médium : des lampes fixées sur un rail électrique éclairent un carré du mur d’exposition, sur lequel leurs faisceaux se rencontrent pour dessiner une forme abstraite. Déclinant diverses formes d’expression, le parcours multiplie également les formes revêtues par la lumière : lueurs, reflets, miroitements, transparences, éclats, ombres portées…

L’installation Febbraio de Katinka Bock mêle long panneau de tissu mural et des pièces en céramique, le tableau Arrangement de Bernard Frize, réalisé à l’acrylique et à la résine sur toile, use de la lumière pour créer de subtils volumes. Dans un dialogue riche et ouvert se côtoient des œuvres qui se nourrissent de l’avancée des sciences (les jeux optiques de Philippe Decrauzat dans son tableau Untitled (S)), des outils de l’industrie comme la peinture automobile ou encore des codes de l’esthétique pop (les formes rondes et les teintes vives et brillantes de la sculpture Paysage de neige mais en été de Bernard Quesniaux).