PHOTO | EXPO

Under Water

27 Fév - 11 Avr 2009
Vernissage le 26 Fév 2009

Les photographies subaquatiques de la série "Under Water", dégagent un parfum d’étrangeté : on ne sait si ces corps vivent ou s’ils sont inertes. Le doute s’installe à mesure que l’on regarde ces fonds minimalistes et unis sur lesquels reposent des portraits en suspens.

René & Radka
Under Water

Des rêves, il est souvent dit qu’ils transportent. René & Radka nous offrent l’image d’êtres abandonnés à leurs songes, portés par les flots, ils errent, paisibles. Grands ou petits, leurs corps sont en apesanteur. Rien ne semble pouvoir perturber leur quiétude. Ils ont élu domicile dans une eau limpide qui paraît les calfeutrer des bruits extérieurs ; leurs paupières sont closes : leur voyage peut continuer.

Ces habitants d’un autre monde évoluent avec grâce. Parées de robes de mousseline, les petites filles esquissent des gestes amples. Et lorsque l’une d’elles se recroqueville, l’eau lui sert de berceau. Sa chevelure flotte et une couronne de fleurs l’entoure. Peut-être sont-elles les princesses oubliées de l’Atlantide ? Les photographies de René & Radka recomposent la féerie d’un conte dans lequel le temps n’a pas de prise.

Seulement, l’eau n’est pas un élément tranquille. Immobiles et calmes, ces êtres sont engloutis dans son volume. Dérivent-ils ? Sont-ils en attente de quelque chose ? Ces photographies dégagent un parfum d’étrangeté ; on ne sait si ces corps vivent ou s’ils sont passés à trépas. Est-ce le jour ? Est-ce la nuit au clair de lune ? Le doute s’installe à mesure que l’on regarde ces fonds minimalistes et unis sur lesquels reposent ces portraits en suspens.

Déjà dans leur série précédente, « Come and play with us for ever and ever », René & Radka s’étaient amusés de ce moment critique qui condense passé et futur, donnant l’impression que quelque chose allait advenir comme dans une prémonition. Ici, encore, leurs photographies campent des personnages sur le fil : l’eau est vecteur de vie tant que de mort. L’air de rien, René & Radka revisitent le mythe d’Ophélie, avec légèreté et élégance.

Vernissage
Jeudi 26 février 2009. 18h-21h.

critique

Under Water