ART | EXPO

The Tears of The Fish are Falling in The Water

14 Sep - 25 Nov 2006
Vernissage le 21 Sep 2006

Pour sa première exposition personnelle à la galerie, Honoré d’O présente une installation in situ conçue en collaboration avec Kwinten Lavigne. Les installations d’Honoré d’O font penser à des peintures qui débordent de leur cadre, à des sculptures qui quittent leur socle pour envahir l’espace.

The Tears of The Fish are Falling in The Water d’Honoré d’O

Pour sa première exposition personnelle à la galerie, Honoré d’O présente une installation spécialement conçue pour le lieu, en collaboration avec Kwinten Lavigne. A partir d’objets insignifiants glanés par ci par là, Honoré d’O se lance dans des compositions qui prennent des allures de sculptures complexes qui s’inscrivent à leur tour dans l’architecture environnante. Le tout s’emboîte comme des poupées gigognes, des éléments de différentes tailles que l’on peut coudre et découdre à loisir. Les objets vont et viennent, déploient leurs tentacules ou se replient sur eux-mêmes. Bien que tout se tienne, le spectateur doit faire un choix, définir un itinéraire. Les installations d’Honoré d’O font penser à des peintures qui débordent de leur cadre, à des sculptures qui quittent leur socle pour envahir l’espace. Dans l’élément ludique, le sens de la réalité finit toujours par l’emporter sur la réflexion abstraite. Nos spéculations n’ont de sens et ne sont possibles que dans le cadre de la réalité quotidienne concrète.

L’installation The Tears of The Fish are Falling in The Water est une extension de la fontaine d’Honoré d’O, réalisée à Anyang en Corée du Sud. Elle a débuté à la Kunsthalle de Lophem et se poursuit à la galerie Aline Vidal, puis à la Biennale de Busan en Corée. Elle s’est élaborée très spontanément et de façon improvisée. Elle est susceptible d’évoluer pendant toute la période d’exposition. La galerie est comme un atelier dans lequel l’artiste évolue. L’artiste n’est pas seul décideur. Il ne prend pas seul l’initiative créative qui aboutit à des images et des situations mais en porte la responsabilité.

L’œuvre d’art est ici la somme de nombreuses promenades mentales et spirituelles de plusieurs individus qui déterminent ensemble son sens et son contenu. D’où un sentiment d’insaisissable, comme si l’eau et les poissons s’échappaient éternellement de nos mains. On a l’impression que Honoré d’O et Kwinten Lavigne veulent nous faire comprendre que depuis longtemps l’œuvre d’art n’est plus un produit définitif, égocentrique ou tangible.

Au cours des mouvements de l’installation dans les trois lieux différents, le livre The Tears of The Fish are Falling in The Water est élaboré. Il sera présenté à la galerie, lors du finissage de l’exposition.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Magali Lesauvage sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

The Tears of the Fish Are Falling in the Water