ART | EXPO

Nous ne vieillirons pas ensemble

03 Avr - 14 Mai 2010
Vernissage le 03 Avr 2010

«Nous ne vieillirons pas ensemble» reflète les différents modes dʼexistence de lʼoeuvre dʼart, et questionne les limites plus que poreuses entre le format de lʼoeuvre et celui de lʼexposition.

Cécile Bart, Pauline Bastard, John Cornu, Ninar Esber, Vincent Mauger, Julien Mijangos, Claude Rutault, Tatiana Trouvé, Michel Verjux
Nous ne vieillirons pas ensemble

Commissariat: label hypothèse
«Nous ne vieillirons pas ensemble» est un concept dʼexposition athématique qui regroupe des artistes de différentes générations dont les formes de production interrogent la notion dʼauteur et les différents modes dʼexistence de lʼoeuvre dʼart. Organisé entre 2008 et 2010 au sein de différents lieux à Paris et en région parisienne, «Nous ne vieillirons pas ensemble» pointe certains champs dʼaction du commissaire dʼexposition et les phénomènes de «post-production».

Lʼune des intentions de ce projet consiste dʼune part à remettre en question la figure curatoriale traditionnelle, à savoir le commissaire, en lui substituant lʼensemble des personnes qui oeuvrent pour produire lʼexposition (artistes, critiques, commissaires, régisseurs, assistants); en dʼautres termes, à
renouer avec la notion un peu éteinte de coopérative et à privilégier la voix du collectif à celle du commissaire-auteur.

Dʼautre part, il sʼagit de jouer avec les phénomènes de post-production (décisions scénographiques, dessaisissement de lʼoeuvre, ré-interprétations et composition de lʼexposition telle une méta-oeuvre…) pour interroger le statut de lʼexposition au regard de celui des oeuvres.

Des pièces uniques aux pièces produites en série, en passant par les multiples en tirage limité ou illimité, les documents en libre-service, les oeuvres praticables, les oeuvres mode dʼemploi, les oeuvres performées ou encore les oeuvres situées jusquʼaux interventions déduites du contexte dʼexposition, «Nous ne vieillirons pas ensemble» reflète les différents modes dʼexistence de lʼoeuvre dʼart, et questionne les limites plus que poreuses entre le format de lʼoeuvre et celui de lʼexposition.

Pour clore le cycle, les pièces présentées chez Gdm rejouent autrement le concept de lʼexposition: multiples in situ, multiples situés, édition en libre-service (projet «Libelle»), multiples en édition illimitée, pièces uniques en série, oeuvres-modes dʼemploi…

Comme pour les volets précédents, aucun médium nʼest privilégié et aucun thème nʼest illustré. Cependant un même esprit général rassemble des préoccupations aussi bien minimales que narratives, et alimente notre réflexion sur le bon usage de lʼart contemporain. Un catalogue regroupant les différents temps du projet paraît à cette occasion.