ART | EXPO

La voie lactée

01 Juil - 10 Sep 2017
Vernissage le 30 Juin 2017

L’exposition « La voie lactée » au Plateau multimédia du FRAC Provence Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, présente le dernier film éponyme de Marie Bovo. Une œuvre qui nous invite à redécouvrir la ville à travers un flot de lait qui la dévale...

L’exposition « La voie lactée » au Plateau multimédia du Fonds régional d’art contemporain Provence Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, présente le nouveau film de Marie Bovo, dans le cadre du Grand Arles Express des Rencontres de la photographie.

« La voie lactée » : redécouvrir la ville de Marseille

Le film La voie lactée, court-métrage en couleur de plus de dix minutes réalisé en 2016 à Marseille, s’inscrit dans le travail photographique et vidéo de Marie Bovo autour de la relation entre intérieur et extérieur, sur le paysage, les lieux, le temps. Pour cette œuvre, l’artiste a imaginé un flot de lait qui, débordant d’une casserole, se répand à l’extérieur et dévale la ville. A la suite de cette coulée laiteuse, nous découvrons une ville, Marseille, vue du ras du sol.

Le film débute alors que la nuit est tombée sur la ville : du lait bout sur la feu puis déborde et librement, franchit les limites de l’espace intérieur pour filer le long des pentes de la ville jusqu’à son port en un élan continu. Le mince filet blanc qu’il formait à sa source se mut en un puissant ruisseau à mesure qu’il chemine. Ici, il s’étale sur les marches d’un escalier, jaillit d’un pilier, là, il croise une personne dormant dans la rue puis toute une famille abritée sous des couvertures de fortune, dont seul un homme veille. La couche lactée révèle chaque détail de la réalité urbaine : les trottoirs, les routes, les plaques d’égout, les restes d’un marché clandestin, l’activité des dealeurs…

Marie Bovo s’intéresse à la relation entre intérieur et extérieur, aux lieux et au temps

Reprenant l’image antique du lait comme liquide nourricier chargé d’une forte dimension symbolique, Marie Bovo en fait une outil pour réanimer les qualités primitives, fertiles et vitales de la ville, en même temps qu’un guide pour la décrypter. Le lait agit comme un révélateur des lieux. Dans la nuit, ce flot blanc nous ramène aux premières heures de l’univers, lorsque celui-ci émergea du chaos initial et qu’Héraclès, tétant le sein de sa mère Héra, fit gicler un jet de lait intempestif qui forma la voie lactée…

VOIR également

« Troublant la langue et la vision – N/Z » http://www.paris-art.com/troublant-langue…terature-sexpose/

« Parasite Paradise » http://www.paris-art.com/parasite-paradise/