ART | EXPO

Je me souviens

17 Sep - 21 Nov 2015
Vernissage le 17 Sep 2015

Ce projet à la croisée de l’histoire et de l’art contemporain, invite différents artistes à renouveler les représentations visuelles que l’on peut avoir du génocide arménien. Leurs œuvres prolongent la réflexion sur l’identité et la mémoire à travers la création de nouvelles images véhiculant le souvenir d’événements historiques.

Sophie Bouvier Auslander, Mounir Fatmi, Aikaterini Gegisian, Ozlem Gunyol & Mustafa Kunt, Dejan Kaludjerovic, Jonathan Monk, Pierre Petit, Viet Bang Pham, Triny Prada, Lorenzo Puglisi, Esther Shalev-Gerz, Lawrence Weiner, Georgios Xenos
Je me souviens

Pour soutenir la commémoration du centenaire du génocide arménien, la commissaire d’exposition Patricia Kishishian a mis en place ce projet à la croisée de l’histoire de ce peuple et de l’art contemporain, tant pour défendre des convictions qui lui sont personnelles, que pour œuvrer à la construction d’une mémoire collective.

«Je me souviens» présente une sélection d’œuvres qui prolongent la réflexion sur l’identité et la mémoire à travers la création de nouvelles images véhiculant le souvenir d’événements historiques en particulier celui du génocide arménien.

S’appuyant sur la prégnance du lien entre image et mémoire, les artistes réunis dans cette exposition ont tenté de renouveler les représentations visuelles de ce génocide par les angles de traitement que sont l’identité, le négationnisme, le monument, la transmission, l’éducation…

La sous-représentation de l’héritage historique du peuple arménien conjuguée à l’effacement par les bourreaux des traces matérielles du génocide obligent à une quête de la mémoire. C’est pourquoi la somme des actions individuelles ou collectives, nationales ou internationales, contribue à sa reconnaissance publique: les défendre revient à préserver et perpétuer la mémoire d’un peuple. Eveiller, informer et éduquer sont les pions incontournables à disposer sur l’échiquier mémoriel pour arrimer la mémoire des paquebots de la diaspora arménienne et nouer les cordages de la sagacité.