ART | EXPO

Instruments

13 Juin - 24 Sep 2017
Vernissage le 13 Juin 2017

L’exposition « Instruments » au Jeu de Paume, à Paris, présente des vidéos d’Ismaïl Bahri dont deux inédites. Œuvres isolées ou installations vidéos, elles portent toutes un regard nouveau sur le monde sensible et une interrogation sur les instruments en tant qu’intermédiaire la réalité physique et celle des idées.

L’exposition « Instruments » au Jeu de Paume, à Paris, réunit plusieurs vidéos et installations vidéo d’Ismaïl Bahri qui proposent un regard neuf sur le quotidien.

Ismaïl Bahri, un nouveau regard sur le monde sensible

L’exposition suit un parcours circulaire qui vise à offrir une ouverture progressive, un passage de l’ombre vers la lumière et selon les propres termes d’Ismaïl Bahri, « du centre au diffus, de l’observation rapprochée des choses à une abstraction blanche ». On découvre ses installations vidéo les plus représentatives ainsi que deux vidéos inédites, spécialement réalisées pour l’occasion.

La plupart des œuvres d’Ismaïl Bahri est nourrie par une interrogation sur les instruments qui s’inscrit dans le prolongement des analyses effectuées par Henri Bergson au début du vingtième siècle. Le philosophe avait souligné la nécessité pour l’intelligence humaine d’avoir recours à des outils, ceux-ci permettant d’approfondir la conscience qu’a chaque individu du monde qui l’entoure et de susciter des nouveaux modes de connaissance.

Les vidéos d’Ismaïl Bahri interrogent le rôle des instruments

Chez Ismaïl Bahri, les instruments servent d’intermédiaires entre la réalité physique et le monde des idées, ils font office de supports de la pensée et du geste et, en mettant en contact des éléments de différente nature, de catalyseurs de réactions précises. Les vidéos d’Ismaïl Bahri renouvellent notre regard sur le quotidien. Le vidéaste saisit des objets banals et rudimentaires qu’il dévie de leur usage originel et dont il sonde les propriétés par diverses expériences pour révéler toutes les possibilités du monde sensible.

La vidéo Source filme l’intégralité du processus de destruction d’une feuille de papier qui se consume depuis son centre. La série de brèves vidéos intitulées Film obéit à un unique protocole : un morceau d’un journal du jour est enroulé et placé sur une surface d’encre noire. Lorsqu’il touche le liquide, le rouleau de papier se déploie dans une évocation du temps qui passe, l’encre, imprimée comme répandue, désignant l’histoire humaine qui se poursuit.

Deux œuvres ont été produites pour l’exposition : la vidéo de seize minutes Sondes et Esquisse, pour E.Dekyndt, un plan séquence de cinq minutes. Dans la première est filmé un tas qui se forme dans une main, suscitant deux interrogations : quelle est la nature de ce qui s’égraine ainsi ? Quel impact a-t-il sur le corps qui le tient ? Dans le second, un drapeau devient comme un écran de cinéma : sensible à la lumière, il se fait instrument pour voir, indiquant les variations atmosphériques.

critique

Instruments