DANSE | FESTIVAL

Festival Concordanse 2017

25 Fév - 05 Avr 2017

L’édition 2017 du festival Concordan(s)e propose créations et reprises de spectacles selon un principe désormais établi, la rencontre d’un chorégraphe et d’un écrivain, qui doit donner lieu à une création partagée. Tous les spectacles se déroulent dans divers lieux en Ile-de-France Paris et en province.

Le festival Concordan(s)e 2017 propose de découvrir quatre créations et trois reprises. Selon le principe de Concordan(s)e, un chorégraphe et un écrivain sont invités à se rencontrer, et créer ensemble une pièce, alors même qu’ils ne se connaissent pas. Cette nouvelle édition réunit ainsi les chorégraphes DD Dorvillier, Frank Micheletti, Maud Le Pladec, Mylène Benoit et les écrivains Catherine Meurisse, Charles Robinson, Pierre Ducrozet, et Frank Smith, autour de créations partagées.

Quant à eux, les chorégraphes Raphaëlle Delaunay, Gilles Verièpe, Edmond Russo et Shlomi Tuizer, ont l’occasion de reprendre des pièces créées lors de l’édition 2016 de Concordanse avec les écrivains Sylvain Prudhomme, Ingrid Thobois, et  Bernard Schlefer.

Festival Concordanse 2017 : les créations

Parmi les quatre créations proposées par Concordan(s)e 2017, Vois-tu celle-là qui s’enfuit de DD Dorvillier et Catherine Meurisse ; The Spleen de Frank Micheletti et Charles Robinson ; Autoportraits de Maud Le Pladec et Pierre Ducrozet,  et Coalition de Mylène Benoit et Frank Smith.

DD Dorvillier et Catherine Meurisse se sont rencontrées deux ans auparavant à Rome et partagent toutes deux une fascination pour un groupe de statues du jardin de la Villa Médicis, Les Niobides, représentant la fuite. Cette fascination partagée donne lieu à un échange sur l’art et le mouvement où l’écriture, dessin, et danse se conjuguent. Ainsi naît leur pièce commune, Vois-tu celle-là qui s’enfuit.

Frank Micheletti et Charles Robinson ont intitulé leur création partagée The Spleen. Peut-être ce titre baudelairien dit-il tout de leur pièce, à tout le moins, donne une indication générale sur sa tonalité. Frank Micheletti et Charles Robinson ont certainement voulu que leur pièce soit aussi un dialogue sur l’état du monde actuel : « Nous ne sommes pas tranquilles avec les malheurs du monde. Nos corps incorporent des toxiques. Ils grouillent, râlent, protestent et craquent. Nos symptômes chantent avec les humiliés. Nous avons pourtant l’intuition d’autres possibles, où jouent les écosystèmes, les entrailles, les liens souples, les formes de vie, les escapades et les raccourcis. »

Pièce au titre provisoire, Autoportraits de Maud Le Pladec et Pierre Ducrozet suit les parcours de deux individus aux manières d’être différentes. Si l’un est engoncé dans son corps, l’autre se meut avec aisance, maîtrise de soi et rigueur. Ces deux conduites dissemblables se rencontrent, s’opposent, chacune obéissant au désir de sombrer dans le chaos, ou à la volonté de l’ordonner.

Quatrième création partagée présentée lors du festival Concordanse 2017, Coalition de Mylène Benoit et Frank Smith. Coalition entend soulever nombre de questions quant à la possible conciliation de la danse et de l’écriture, activités engageant toutes deux le corps.

 Festival Concordanse 2017 : les reprises

Trois reprises de l’édition 2016 de Concordanse sont donc cette année au programme : It’s a match de Raphaëlle Delaunay et Sylvain Prudhomme ; L’architecture du hasard de Gilles Verièpe et Ingrid Thobois et, enfin , Zéro, un, trois, cinq de Edmond Russo, Shlomi Tuizer et Bernard Schlefer.

Première des trois reprises au programme de Concordan(s)e 2017, It’s a match de Raphaëlle Delaunay et Sylvain Prudhomme. Le titre de cette pièce fait directement référence aux applications de rencontre dont le but n’est autre que faire se correspondre les profils identiques de deux personnes. La mention « It’s a match » indique alors leur parfaite concordance.

L’architecture du hasard de Gilles Verièpe et Ingrid Thobois met en scène le récit de deux existences et des hasards conduisant à leur rencontre finale. Mais la construction de cette pièce, combinant par définition geste et écriture nécessite aussi de s’interroger sur les rapports de la danse et du texte. Comment lier celui-ci à la danse ? Comment parvenir au texte écrit au moyen de la danse ?

Trio composé d’Edmond Russo, Shlomi Tuizer et Bernard Schlefer, Zéro, un, trois, cinq est un huis clos qui tente de dire à la fois l’oubli et l’absence.

Festival Concordanse 2017 : ateliers et lectures-performances

Outre la présentation au public de créations partagées, le festival Concordan(s)e propose des ateliers, ainsi que des lectures et des performances dans des librairies, favorisant la promotion de la danse auprès d’un plus large public.