ART | EXPO

Fabriquer le dessin

14 Fév - 03 Mai 2015
Vernissage le 14 Fév 2015

En réponse à l'idée d'un éclatement, d'une autonomisation et d'une libéralisation des pratiques contemporaines du dessin, l'exposition «Fabriquer le dessin» entend mettre en question et relativiser l'évolution des enjeux et des stratégies en montrant des œuvres, anciennes et contemporaines, qui échappent aux catégories et aux idées que l'on se fait du dessin.

Henri-Georges Adam, Francis Alÿs, Auguste Anastasi, Pierre Ardouvin, Saïd Atek, Silvia Bächli, Patrice Balvay, Dirk Barendsz, Antoine-Louis Barye, Paul Baudoüin, Auguste Baussan, Léon Benouville, Jean-Victor Bertin, Giuseppe Bernardino Bison, Michel Blazy, Pierre Bonnard, Nancy Brooks Brody, Damien Cadio, Alexandre Calame, Adolphe-Félix Cals, Eugène Carrière, Théodore Caruelle d’Aligny, Cham (Amédée de Noé), Henri-Michel-Antoine Chapu, Gaston Chaissac, François Chiffart, Francis Caudron, Franciska Clausen, Palcido Costanzi, Henri-Edmond Cross, Dominique de Beir, Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Delacroix, Delalande, Hervé Delamare, Guillaume Dégé, Mirtha Dermisache, Mark Dion, Helmut Dorner, Raoul Dufy, Jakob Gautel, Sebastiano Galeotti, Jean-Pierre Germain, Luca Giordano, Romain Grenon, Fabrice Gygi, Thomas Huber, Il Volterano (Baldassarre Franceschini), Moïse Jacobber, Asger Jorn, Henri Lehmann, Isabelle Lévénez, Samuel Martin, Charles Monnet, Françoise Pacé, Javier Pérez, Chloe Piene, Benoît Pierre, Giovanni Battista Piranesi, Etienne Pressager, Jorge Queiroz, François-Auguste Ravier, Marie Schneider, Nancy Spero, Giambattista Tiepolo, Kees Van Dongen, Catharina van Eetevelde, François-André Vincent, Wolf Vostell…
Fabriquer le dessin

Dans le cadre de son cycle d’expositions consacré à la pratique, le Frac Haute-Normandie se penche en février 2015 sur le dessin. Articulée sur les deux étages du Frac, l’exposition «Fabriquer le dessin» propose une réflexion à partir d’un prisme technique qui permet de réunir des œuvres provenant d’époques et d’horizons variés et de révéler des ressemblances et filiations ou des oppositions franches et révélatrices entre les œuvres.

Les différents ensembles réunis dans l’exposition mettent en évidence le trait, le rendu, le support, l’importance du format ou l’essence du geste et soulèvent une série de questions sur des notions signifiantes pour ce médium, telles que l’espace de la feuille, l’importance du tracé, la persistance du lavis, l’omniprésence du fragment, l’enjeu de la tache, le rapport au modèle, le non-fini, etc. Cette approche technique permet d’interroger la ligne de partage entre esquisse, étude et œuvre et, au-delà des notions d’époques et de styles, le statut et le rôle esthétique de ce procédé d’hier et d’aujourd’hui.

En réponse à l’idée d’un éclatement, d’une autonomisation et d’une libéralisation des pratiques contemporaines du dessin, l’exposition — comme le colloque — entendent mettre en question et relativiser l’évolution des enjeux et des stratégies en montrant des œuvres, anciennes et contemporaines, qui échappent aux catégories et aux idées que l’on se fait du dessin. L’exposition prend ainsi le parti de brouiller les pistes entre les époques, les styles afin de déstabiliser le regard dans la perception des œuvres et de leur contexte et d’interroger les systèmes de référence.

Pour chercher à sortir de la conception selon laquelle les dessins anciens sont attachés à une œuvre en devenir tandis que les dessins contemporains, affranchis, sont devenus des œuvres à part entière, l’exposition «Fabriquer le dessin» mêle les époques, les genres, les grands noms et les artistes plus confidentiels, s’attachant avant tout à montrer des dessins qui sortent de l’ordinaire dans la production d’un artiste ou d’une période.

Commissariat
Véronique Souben, Diederik Bakhuÿs, Annette Haudiquet,André Malraux. Avec l’aide scientifique d’Agnès Werly.