ART | EXPO

Effondrement de l’onde de probabilité

17 Sep - 18 Oct 2008
Vernissage le 17 Sep 2008

Partant d’un principe de fluidité spatiale interdisant le positionnement fixe du regardeur, cette exposition met en scène l’élasticité et l’instabilité de l’espace.

Nicolas Beaumelle, Katinka Bock, Stéphanie Cherpin, Mark Geffriaud, Aloïs Godinat, George-Henry Longly, Gyan Panchal, Aurélien Porte, Ernesto Sartori, Stéphane Vigny
Effondrement de l’onde de probabilité

Il est de l’espace comme il est des espaces, leur maîtrise est depuis toujours l’une des grandes convoitises de l’homme. Depuis les terrains de chasse, les grandes invasions, les modélisations mathématiques, les mètres carrés habitables et les premiers pas sur la Lune, la tentation de l’appropriation sous-tend toutes les quêtes d’espace.

Du vertige pascalien à la mécanique quantique, tout n’est qu’une question de placement, de point de vue. Ainsi une particule n’ayant pas de position déterminée, elle existe sous la forme d’une onde de probabilité, et lorsqu’on observe cette particule, l’onde de probabilité s’effondre en un point.

Partant de ce principe de fluidité spatiale interdisant le positionnement fixe du regardeur, et des distorsions que ces ondes opèrent sur les tentatives de leur représentation, l’exposition met en scène l’élasticité de l’espace.

Pour cette exposition, l’espace de Zoo galerie est redoublé par celui du patio Delrue, permettant un display bipartite, sur environ deux fois 100m2. Il s’agira de proposer au visiteur de traverser une sorte de parc de sculptures appelant à une prise en compte de leur potentialité d’expansion (patio)
pour accéder à une exposition (galerie) de pièces abordant la réduction possible de l’espace à des parcelles, des concrétions…

Dans le patio se déploieront ainsi les oeuvres d’envergure de Nicolas Beaumelle, Stéphanie Cherpin, Aurélien Porte et Ernesto Sartori, tandis que dans la galerie, les pièces de Katinka Bock, Mark Geffriaud, Aloïs Godinat, George-Henry Longly, Gyan Panchal et Stéphane Vigny, toutes d’une
grande délicatesse, exploreront par leur fragilité matérielle l’instabilité spatiale.