Wilfrid Almendra

Wilfrid Almendra

Wilfrid ALMENDRA — né le 27 mars 1972 à Cholet (France). Vit et travaille à Marseille (France).

Wilfrid Almendra est un artiste contemporain franco-portugais dont la pratique englobe sculpture et installation. Utilisant des matériaux de construction comme la pierre, le béton, le crépi, la brique, la faïence, les plantes ornementales, les parois en verre dépoli, l’électricité… Wilfrid Almendra questionne les choix d’habitat moderne et contemporain. En mettant en regard, par exemple, les utopies architecturales modernes avec les éléments pavillonnaires contemporains. Ou en générant des formes, des éléments architecturaux actuels. Lesquels, à leur tour, n’incorporent plus seulement l’organique sous forme de dynamiques abstraites, mais bien sous forme de végétation, vivante. Parmi ses œuvres figure notamment le projet Second Skin (2010) : un ensemble de bas-reliefs d’inspiration Constructiviste, entre peinture et maquette. En réalité, il s’agit d’une réappropriation de maquettes du projet utopique New Babylon (1959-1974), de Constant Nieuwenhuys. Actuellement, le travail de Wilfrid Almendra est représenté par la Galerie Bugada & Cargnel (Paris), notamment.

Wilfrid Almendra : des installations et sculptures aux accents de décorations pavillonnaires

Wilfrid Almendra a étudié à l’École des Beaux-arts de Rennes (1996-2000). Cursus au cours duquel il a également effectué des séjours d’étude à l’Academy of Fine Arts de Manchester (1998), ainsi qu’à l’École des Beaux-arts de Lisbonne (1999). En 2004, Wilfrid Almendra crée la pièce Wahiawa. Soit une sorte de sculpture en forme de vague, recouverte de carreaux de faïence blanche, sur laquelle sont dessinées une grande feuille de figuier ainsi qu’une figue mûre. Tandis que la sculpture VLZ310
 (2004) représente une sorte d’extrait de décor de jardin. Avec trois marches bleu ciel, bordées d’un muret anthracite avec pierres apparentes et un énorme ananas aux couleurs acidulées. Le tout étant enduit d’un gelcoat donnant à l’ensemble des allures de piscine privée. En 2005, la première exposition personnelle de Wilfrid Almendra, « De natura », se déroule au Centre d’art contemporain de Meymac.

Des utopies architecturales modernes (New Babylon) à la réalité architecturale contemporaine

Avec New Babylon (2009) et Second Skin (2010), Wilfrid Almendra revisite le projet de Constant. Membre cofondateur de CoBrA, ce dernier s’est progressivement rapproché de l’architecture et du Situationnisme, développant, dans les années 1960, un projet de ville verticale, pour la Lune. Revisitant le projet, Wilfrid Almendra lui adjoint des matériaux (crépi, ardoise, dalle en béton…). Autant de réalités matérielles contrastant avec le désir de lévitation. Outils faits main (Handcrafted, 2003), maquettes de jardins, de caves, de vérandas… Wilfrid Almendra aborde l’architecture contemporaine par le gros concret. Jusque dans la création de serres interstitielles, aussi précaires que poétiques (L’Intranquillité, 2013 ; Between the Tree and Seeing It, 2014…). En 2017, son installation immersive Light Boiled Like Liquid Soap est présentée au Palais de Tokyo. Et il participe à l’exposition collective « Singing Stones » organisée par le Palais de Tokyo dans la Roundhouse de Chicago.