DESIGN | EXPO

Révélations | Crafting Europe

23 Mai - 26 Mai 2019

Accueillant les publics de la biennale Révélations 2019, à l'entrée de la nef du Grand Palais, l'exposition "Crafting Europe" sera l'occasion d'une plongée dans l'artisanat et les métiers d'art européens. Avec vingt-quatre artistes de dix-huit pays : la diversité sera au rendez-vous.

Pour sa quatrième édition, Révélations 2019 — biennale internationale des métiers d’art et de la création — a également invité le World Crafts Council Europe. Organisme dédié à la promotion de l’artisanat d’art européen, le WCC Europe fêtera ainsi ses quarante ans au Grand Palais. Avec, notamment « Crafting Europe », une exposition réunissant vingt-quatre artistes (artisans et designers) de dix-huit pays européens. Dont le Luxembourg, invité d’honneur de Révélations 2019. Exposition plurielle, « Crafting Europe » permettra d’appréhender la diversité comme la vitalité des métiers d’art européens, entre savoir-faire traditionnels et technologies contemporaines. Si le fait main reste primordial, les technologies digitales ne sont pas en reste, ne serait-ce que pour la médiatisation des pièces. Objets, bijoux, sculptures, créations textiles… Bois, céramique, verre, vannerie, tissus, métaux… Danemark, Slovaquie, Angleterre, Islande, Italie, Espagne… L’exposition « Crafting Europe » démontrera à quel point l’artisanat d’art appartient à tout, sauf au passé.

Exposition « Crafting Europe » (Révélations 2019) : les métiers d’art européens

La designer et artiste allemande Dorothee Wenz, par exemple, compose de grandes pièces aux airs de silhouettes. À l’écart de la perfection classique, ses vases (Gefäß) ont souvent quelque chose d’oblique. Tandis que leurs rayures aléatoires renforcent l’impression de déséquilibre. Un peu à la façon de ces stries étranges qui ornent les planètes Jupiter et Saturne, les pièces de Dorothee Wenz ont des airs de stratifications. Et sous ses allures de céramique, c’est le plastique que travaille Dorothee Wenz. Des plastiques colorés qu’elle modèle à la main, par agglomérats, avec un traitement rappelant les métamorphoses minérales. Par couches, cuissons, pressions, cisailles… Comme pour les roches métamorphiques. Soit une façon très singulière de traiter ce matériau ultra-contemporain souvent problématique. Dans un autre genre, le designer et créateur d’objet néerlandais Boris de Beijer compose des pièces oscillant entre virtuosité et pâte à modeler. Telles ses coupes (Cocktail Glass) en polyuréthane pigmenté.

Entre traditions et contemporain : des pratiques souples, habiles et innovantes

Initialement conçus pour un film, les Cocktail Glass (2018) de Boris de Beijer ont d’abord été modelées en argile et à la main — ce qui se voit. Conjuguant polyuréthanes pigmentés opaques et transparents, les verres-coupes, aux différentes couleurs vives et acidulées, ont des allures de dînette pop et vitaminée. Mais Boris de Beijer compose également des pièces métalliques aux accents, cette fois, de mécanismes d’horlogerie. Cultivant une pratique plus proche des matériaux naturels, la designer et créatrice de bijoux islandaise Helga Mogensen crée pour sa part, par exemple, des colliers en bois flotté. Des colliers dont s’échappent quantité de fils, comme autant de plumes, de dentelles, ou de raccords aussi indomptés que sophistiqués. Tandis que la norvégienne Elisabeth Thorsen, élabore quant à elle des chaussures absolument uniques. En glace, en crayons, en fleurs, en sucre, en bois, en tapisserie… De quoi changer, assurément, de regard sur les métiers d’art européens.