DANSE | FESTIVAL

Actoral 2018

25 Sep - 13 Oct 2018

Défricheur, le festival Actoral, à Marseille, l'est. Ciblant les écritures contemporaines, Actoral cultive les interdisciplinarités (théâtre, danse, performance, film, arts visuels...). Au menu d'Actoral 2018 : une vingtaine de spectacles récents sinon inédits, à retrouver de la Belle de Mai au Mucem.

Festival des arts et des écritures contemporaines, Actoral, à Marseille, va lancer sa dix-huitième édition. Spectacles, performances, mises en espace, lectures, expositions, films, concerts, rencontres, fêtes… Actoral utilise à bon escient ses trois semaines de floraison automnale et fait la chasse aux temps morts. Coté danse et performance, une quinzaine de pièces viendront éclairer, chacune à leur manière, les liens entre graphie, narrativité et mouvement des corps. Pour un festival aussi pluridisciplinaire qu’obsessionnel. Le plasticien et performeur Théo Mercier, par exemple, présentera Affordable Solution for a Better Living (2018) [une solution abordable pour un meilleur niveau de vie], avec le chorégraphe Steven Michel (Cie Grip). Théo Mercier y présentera également La Fille du collectionneur (2017). Autre figure chevauchant les interdisciplinarités : l’artiste, écrivain et metteur en scène Julien Prévieux livrera, en première, Of Balls, Books and Hats. Pour une édition émergente, énergique, à l’affût des écritures les plus actuelles.

18 édition d’Actoral, festival des arts et écritures contemporaines, à Marseille

De Julien Prévieux, impossible d’oublier les Lettres de non-motivation (2007). Un recueil de lettres envoyées en réponse à des offres d’emploi… Peu motivantes. Qu’il faille traverser la rue pour trouver du travail, ou traverser les frontières pour trouver du travail rémunéré, Julien Prévieux livrera ici son dernier opus, en première. Nouvelle plongée dans l’absurde, Of Balls, Books and Hats scrutera l’automatisation, dans la lignée des gestes brevetés de What Shall We Do Next? (2006-). Autre performance flirtant avec les sciences humaines : Boundary Games (2018), de Léa Drouet. Un jeu sur la définition du ‘Nous’ et du ‘Eux’. Tandis qu’avec All Inclusive (2018), Julian Hetzel auscultera les techniques de guerre actuelles, où l’image est aussi arme de combat. Tandis que Red Haired Men (2018), d’Alexander Vantournhout, déploiera son inconfort burlesque. Une pièce entre danse et cirque, d’après les textes incisifs de Daniil Harms (1905-1942), écrivain balayé par les purges staliniennes.

Actoral 2018 : une vingtaine de spectacles (théâtre, danse, performance, installations…)

Du global au particulier, la performance Fléau (2018), des canadiens Dave St-Pierre et Alex Huot, passera au crible les tensions de leur propre relation. Un duo corsé à la Mike Kelley, entre spectacle pour enfant et… soft-porn. Autre danse d’exultation : If You Could See Me Now (2018) d’Arno Schuitemaker. Trois performeurs se lâchent sur le dancefloor, quand la fatigue donne des ailes pour en finir avec le jugement… Paralysant. Tandis qu’immobilité précaire, Meanwhile (2018), de Gaëtan Rusquet, retiendra l’instant ténu qui précède l’effondrement. Autre exploration du quasi-immobile, Staged? (2018), de la chorégraphe Maria Hassabi. À mesure que les publics s’accoutument, le tas humain que forme l’enchevêtrement des performeurs se charge d’une tension qui n’a plus rien d’immobile. Et la liste des découvertes continue. Autrement dit, Actoral 2018 va défricher la saison 2018-2019, pour lui donner des formes incisives et déliées, comme la langue, lorsqu’elle est vivante.