DANSE | SPECTACLE

Actoral | Of Balls, Books and Hats

29 Sep - 30 Sep 2018

Chantre des légers soucis systémiques, l'artiste et auteur Julien Prévieux sait mettre le doigt là où cela ne fonctionne pas. Avec Of Balls, Books and Hats, il livre une performance en forme de solo, autour de l'apprentissage des machines. Quand le jeu de l'imitation frôle l'absurde.

Tandis que le Musée d’art contemporain de Marseille lui consacre une vaste exposition personnelle, « Mordre la Machine », Julien Prévieux présente également une performance, toujours dans le cadre du festival Actoral 2018. Soit la pièce Of Balls, Books and Hats (2017), un solo interprété par Harold Henning, autour du machine learning. Autrement dit, l’apprentissage machine ; une expression-valise désignant les procédures avec lesquelles les programmes d’intelligence artificielle acquièrent de nouvelles connaissances et compétences. D’après le modèles des processus cognitifs humains, notamment. À partir d’un ensemble de mouvements relatifs à une activité (technique de négociation, sport…), Harold Henning déploie une chorégraphie déroutante, entre puérilité et absurde. À l’heure où le point fort des machines réside autant dans leur rapidité que dans leurs capacités mémorielles, les entités d’intelligence artificielle les plus complexes apprennent vite. Renversant le paradigme, Of Balls, Books and Hats montre un homme qui imite la machine.

Of Balls, Books and Hats de Julien Prévieux : un solo autour du machine learning

Dans son article séminal de 1950, « Computing Machinery and Intelligence » [Machinerie informatique et intelligence], Alan Turing résume les enjeux de l’intelligence artificielle. Feuille de route claire et simple, le programme y est décrit comme devant s’apparenter à une machine-enfant [child-machine]. Il ne s’agit pas tant de créer une entité immédiatement mature que de développer un programme capable d’apprendre. Avec soixante-dix ans de recul : les progrès ont été remarquables. Et l’élève dépasse parfois le maître. Si longtemps l’idée aura été de créer des machine simulant trait pour trait l’être humain (question des indiscernables), aujourd’hui se pose le problème de l’inversion. Qui simule qui ; qui émule qui ? Artiste, auteur, metteur en scène, Julien Prévieux sait cibler les failles systémiques. Dans le monde du travail, dans le monde de l’art, et dans la société en général. Attentif aux absurdités, avec humour Julien Prévieux met les dysfonctionnements en lumière.

Apprentissage profond, intelligence artificielle : grandeur et loupés de l’imitation

Qu’il s’agisse de dénoncer le déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché du travail (Lettres de non-motivation, 2007)… Ou qu’il s’agisse de passer au crible la dérive des gestes copyrightés par des industriels (What Shall We Do Next?, 2006-en cours)… Julien Prévieux s’attaque à l’absurde du système socio-économique contemporain. Quand les programmes sont conçus pour imiter les êtres humains, que se passe-t-il lorsque le but est atteint ? Qui est alors cette entité réduite en esclavage, dépouillée de toute personnalité juridique, sans autre droit que celui d’être infaillible (un devoir) ? Programmes rapides, performants : le moment du retournement est peut-être celui où l’être humain abdique ses droits pour pouvoir concurrencer son image. Une machine qui imite un humain, qui imite une machine, qui imite un humain… La performance Of Balls, Books and Hats joue ainsi sur ce trouble identitaire. Maladresse de celui qui apprend : entre servilité, humour et émancipation.