ART | PARCOURS

Co-Mutations

02 Juil - 03 Sep 2017
Vernissage le 01 Juil 2017

La nouvelle édition du parcours d’art contemporain en vallée du Lot, intitulée « Co-Mutations », réunit les œuvres d’une quinzaine d’artistes autour des technologies numériques et de leurs rapports à la société, au territoire et à l’imaginaire.

Le projet « Co-Mutations » est la nouvelle édition du parcours d’art contemporain en vallée du Lot que la Maison des arts Georges & Claude Pompidou, centre d’art contemporain de Cajarc, organise chaque été. Avec la science-fiction en filigrane, l’édition 2017 réunit des artistes familiers de la culture numérique.

Un parcours d’art contemporain en vallée du Lot

Sous une forme de promenade, le parcours d’art contemporain relie les Maisons Daura à Saint-Cirq Lapopie, résidences internationales d’artistes où ils créent depuis le printemps, au MAGCP de Cajarc. Chaque artiste expose au centre d’art de Cajarc et dans un autre lieu du département. Installées dans les paysages et les sites patrimoniaux de la vallée du Lot, les œuvres y forment un vaste terrain de jeux et de propositions critiques.

La démarche du collectif Direct Out, formé par le vidéaste Jérôme Fino, le créateur sonore Yann Leguay et le musicien Arnaud Rivière, a toute sa place dans le cadre du projet « Co-Mutations », puisqu’elle consiste à utiliser ou détourner des objets pour créer une matière sonore qui entre en résonance avec un paysage. Le trio mène sa quête de nouvelles possibilités acoustiques et de nouveaux matériaux en s’émancipant des espaces institutionnels comme les lieux d’exposition ou les salles de concert. Les trois artistes ont imaginé un parcours dans la vallée du Lot à la recherche d’un contexte acoustique particulier, chaque micro-paysage étant en interaction avec un dispositif sonore.

« Co-Mutations » : mêler le territoire et la technologie

L’œuvre réalisée par Sylvain Huguet, intitulée S-QRC, s’inscrit dans la thématique de « Co-Mutations » : ouvrir au collectif le rapport souvent individuel que nous avons aux ordinateurs et mêler territoire et technologie. Sylvain Huguet s’approprie en effet le code QR (QR Code en anglais), cette sorte de code-barres composée de modules noirs répartis dans un carré à fond blanc qui sert à contenir des informations pouvant être lues par un téléphone mobile ou une webcam et ainsi renvoyer à un site Internet, une vidéo en ligne ou tout autre contenu informatique. S’inspirant des cercles de culture, des motifs de grande taille tracés dans des champs de céréales qui sont visibles depuis le ciel, Sylvain Huguet a dessiné dans un champ un code QR de plusieurs mètres. Ce code est actif et peut donc être scanné pour atteindre une application en ligne. Ainsi se retrouvent liés deux univers habituellement étrangers l’un à l’autre : la nature et Internet, un environnement réel et un virtuel.

VOIR également

http://www.paris-art.com/co-mutations/

http://www.paris-art.com/co-mutations-3/