PHOTO | EXPO

World Park

13 Mar - 17 Avr 2010
Vernissage le 13 Mar 2010

Les images réalisées par Guillaume Janot nous interrogent. Un paysage idyllique vierge de toute altération humaine, un arbre à la complexité naturaliste, s’avèrent en réalité factices et reconstitués. La nature paraît être une mise en scène, une illusion qui répond à des critères idéalistes.

Guillaume Janot
World Park

«World Park», est la troisième exposition personnelle de Guillaume Janot à la galerie Alain Gutharc. L’artiste y présente une série de photographies réalisées essentiellement en Chine entre 2007 et 2009.

Cette exposition prolonge et complète les précédentes: «Ecostream» à l’Espace Ricard à Paris (novembre-décembre 2009) et «Enjoy the mountains with a spanish atmosphere» au Frac Pays de la Loire, à Carquefou (janvier-mars 2010).

Les photographies présentées appartiennent à des séries et thématiques récurrentes chez l’artiste, le paysage, les fleurs, dont il interroge la représentation et les codes, mais aussi les paysages des parcs d’attraction et les environnements factices aux quatre coins du monde.

Le titre de cette exposition a pour origine le nom d’un parc situé à Pékin qui regroupe les miniatures de célèbres monuments et offre un tour du monde par défaut. En effet, avant l’ouverture des frontières touristiques aux Chinois, World Park a été l’un des seuls moyens pour eux de voir le monde. Un monde reproduit qui se substituait au monde réel.

Les images réalisées par Guillaume Janot nous interrogent. Un paysage idyllique vierge de toute altération humaine, un arbre à la complexité naturaliste, s’avèrent en réalité factices et reconstitués. La nature paraît être une mise en scène, une illusion qui répond à des critères idéalistes. Cette profusion de lieux, de reconstitutions, révèle un environnement fait d’artifices et illusoire.

Les fleurs aux couleurs vives sont en soie ; le caillou sème le doute entre minéral et organique et nous fait osciller entre le vrai et le faux ; les immeubles et bâtiments semblent réels mais en y regardant de plus près nous perdons toute notion d’échelle, de localisation et de matérialité.

Techniquement, le motif est souvent sur-dimensionné, le cadrage serré, les couleurs vives. Guillaume Janot nous incite à analyser la nature du regard et nous invite à regarder à deux fois les images que nous avons pris l’habitude d’ingérer dans notre quotidien sans nous poser de question.

Pour nous y conduire il donne pour seuls indices, les titres des photographies qui indiquent les lieux où ont été prises ces images. Mais il ne prétend pas dévoiler une quelconque vérité cachée, ni la dénoncer. Au contraire, le photographe nous immerge dans ces images, et cherche également à nous y faire croire.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par ——— sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

World Park