ART | EXPO

Works on paper

15 Nov - 20 Déc 2003

Pin-up aguicheuses, bêtes féroces, personnages difformes, vitrines réarrangées, logos réinterprétés, slogans revendicateurs: aquarelles sur la société de consommation et ses dérives, sur le pouvoir économique et ses dangers.

Damien Deroubaix
Works on paper

Peuplés de pin-up coquettes et racoleuses, les travaux sur papiers de Damien Deroubaix les exposent pourtant aux pires déboires. Au mieux des bêtes féroces sont leurs seuls compagnons, au pire leur plastique irréprochable dégouline sous l’effet de l’aquarelle, baveuse et irritante. Voilà l’une des singularités les plus saugrenues de ce jeune artiste, né en 1972: son travail passe toutes sortes d’icônes de la société de consommation et sa mécanique aguicheuse au crible d’une esthétique sauvageonne.
Pas un hasard donc s’il puise en partie ses armes du côté du Grind, ce versant ultra-politisé, ultra-gauchiste, et parfaitement incorruptible du rock Metal.
Les slogans vengeurs contre l’inégalité sociale et l’imagerie un peu toc de groupes comme Napalm Death ne sont néanmoins pas pris à la lettre. Ils ne trouvent leur place dans les dessins de Damien Deroubaix qu’au prix de montages qui les fait voisiner avec leurs ennemis jurés. Les pin-up de la pub donc, mais aussi des photos de vitrines ou des pancartes qui incitent à profiter des soldes.
Idéalement, l’artiste voudrait concasser tous ses référents dans un joyeux magma, un drôle de foutoir organisé dressé contre l’armada des signes du pouvoir économique. Ou l’alternative graphique.