ART | EXPO

Une tradition matérielle

11 Oct - 08 Fév 2014
Vernissage le 10 Oct 2013

L’exposition «Une tradition matérielle» propose une traversée de la collection du Frac Poitou-Charentes par le biais de la notion de «tableau». Une entrée généalogique qui permet d’explorer les mutations de ce support traditionnel, de ses surfaces et de ses limites, dans les pratiques artistiques modernes et contemporaines.

Michel Aubry, Martin Barré, Michel Blazy, Étienne Bossut, Fabrice Cotinat, Erik Dietman, Vava Dudu, Grégory Durviaux, Robert Filliou, Théodore Fivel, Simon Hantaï, Lothar Hempel, Fabrice Hybert, Rainier Lericolais, Sol LeWitt, Blake Rayne, Martial Raysse, Ferdinand Roybet, Claude Rutault, Jacques Villeglé, Jens Wolf
Une tradition matérielle

Depuis la Préhistoire et à l’Antiquité, une diversification de ses supports a permis d’émanciper la peinture de son lieu naturel ou architectural d’exécution. Au fil des siècles, la figuration picturale s’est rapidement circonscrite un champ spécifique d’expression, plan, rectangulaire et destiné à être présenté accroché au mur: le tableau. Le panneau de bois ou la toile tendue sur châssis constituant le support de la peinture est traditionnellement doté d’un cadre, parfois très ouvragé, marquant tel le socle pour la sculpture, la frontière entre l’espace spécifique de l’œuvre et l’alentour.

Si le modernisme peut être compris comme une entreprise d’émancipation, par les artistes, des dogmes de l’académisme, les inventions de l’abstraction au sein des Avant-Gardes du début du 20ème siècle en sont le prolongement direct. Les questionnements formalistes, processuels et critiques développés après-guerre, ont exploré les limites disciplinaires autant qu’ils ont ouvert la voie aux pratiques interdisciplinaires.

Si certains artistes actuels jouissent sciemment de ces acquis pour consacrer leur démarche à des recherches différentes, d’autres continuent d’enrichir principalement ou corollairement l’étude par l’art lui-même de ce qui fait la spécificité de ses productions. Ainsi, la peinture et son appareillage sous la forme conventionnelle du tableau, distanciés de la figuration, déconstruits, démontés, analysés, reconfigurés, ouverts à de multiples enjeux, constituent un axe majeur de traversée de l’histoire de l’art moderne et contemporain et un parcours possible au travers de la collection du Frac Poitou-Charentes.
Alexandre Bohn

Le titre de l’exposition est tiré d’un texte de
Art & Langage (Ikon Gallery, Birmingham, 1983) de Michael Baldwin, Mel Ramsden, Charles Harrison, publié pour la première fois sous le titre Art & Langage Paints a Picture (a Fragment), dans Gewad Informatief, Gand, mars 1983 . Extrait traduit par Christian Bounay dans Art en théorie 1900 – 1990, une anthologie par Charles Harrison et Paul Wood, Editions Hazan, Paris, 1997, p. 1107 à 1118.