ART | EXPO

Translatio

31 Oct - 20 Déc 2014
Vernissage le 30 Oct 2014

Comment l’objet, le sujet, travaillé ou non par l’artiste, devient-il œuvre? Telle est la question posée par Dieter Detzner dans «Translatio». Les œuvres présentées établissent un parallèle entre le rituel religieux de la translation des reliques et le processus de création qui transforme l’objet en œuvre interrogeant ainsi la dimension sacrée de l’art.

Dieter Detzner
Translatio

Pour cette nouvelle exposition à la Galerie Gourvennec Ogor, l’artiste allemand Dieter Detzner s’interroge sur le statut d’œuvre. Comment l’objet, le sujet, travaillé ou non par l’artiste, devient-il «Œuvre»?

Le titre de l’exposition «Translatio» fait ici référence aux rituels Moyenâgeux liés aux reliques. «Dans le christianisme, la translation des reliques (en latin translatio) est le déplacement des restes d’un saint ou d’objets saints depuis un lieu vers un autre. Il s’agit typiquement du déplacement de reliques depuis une tombe ou un lieu de culte vers un reliquaire situé dans un monastère, une église ou une cathédrale plus prestigieuses.
La translatio donne lieu à une cérémonie solennelle d’autant plus fastueuse que la relique est d’une classe importante. Cette translatio participe le plus souvent à la consécration d’un lieu lors de sa dédicace, ou au processus de la canonisation d’une personne, même si cette translation n’est pas une reconnaissance en elle-même de la sacralité du lieu ou de la sainteté du personnage. Leur importance est telle que ces translations jalonnent les étapes de la christianisation.»

Pour Dieter Detzner, il en va de même dans le processus de création pour lequel l’objet créé par l’artiste prend le statut d’œuvre par la seule volonté de l’artiste, lui octroyant une sorte de sacralité artistique de son seul fait.

Dans cette exposition, Dieter Detzner présente des œuvres inédites. Une première installation monumentale nous confronte à un mur de palettes métalliques dans l’espace de la galerie. Il s’agit des palettes qui transportent et protègent les œuvres d’art de l’artiste lorsqu’elles quittent l’atelier de celui-ci pour être présentées dans les différents lieux d’art: musées, centres d’art, et dans le cas présent, la galerie, lieu sanctuaire de l’exposition.

Dieter Detzner présente également plusieurs pierres lithographiques portées quasiment au rang de pierres philosophales. Il s’agit des pierres qui servent à la production de lithographies. Celles-ci sont réalisées en calcaire de Sohnhofen. Les lits fossilifères de Solnhofen sont situés en Bavière, en Allemagne, à mi-chemin entre Nuremberg et Munich, et sont particulièrement connus à travers le monde pour la richesse des fossiles jurassiques qu’ils contiennent. La pierre devient ainsi le berceau de dessins lithographiques, comme les fossiles d’une création artistique.
Enfin, l’exposition présentera une série de 66 lithographies découvrant le mot «Arte». Présentés sur l’un des murs principaux de la galerie, leur multiplication dans l’espace glorifie ainsi encore l’Art Sacro-Saint dans l’Autel que devient alors la galerie.

Vernissage

Jeudi 30 octobre 2014 à 18h