ART | EXPO

The Vivisector

12 Jan - 23 Fév 2013
Vernissage le 12 Jan 2013

Le titre «The Vivisector» renvoie au livre de Patrick White (1970) qui explore les thèmes universels de la souffrance du créateur, de la quête de vérité et du sens de l’existence. Il a hanté l’enfance de Johan Creten et a déterminé son désir d’être artiste et de devenir un des précurseurs dans la redécouverte des possibilités de la terre-cuite.

Johan Creten
The Vivisector

Johan Creten découvre la force cachée de la terre derrière l’apparente fragilité de la céramique. Il privilégie cette technique polymorphe dès 1984 et développe depuis l’art de la métamorphose. L’artiste utilise, notamment pour les œuvres de grand format, le grès émaillé qu’il avait déjà explorée pour l’exposition «Contrepoint 2» au Louvre en 2004.

Les œuvres de Johan Creten semblent échappées des fables, contes et merveilles symbolistes. Elles rappellent à la fois les grottos de la Renaissance, où règne une Nature artificielle, le maniérisme d’Arcimboldo et de Bernard Palissy mais aussi les cabinets de curiosité qu’il réactive lors de son exposition très remarquée en 2008 au Musée de la Chasse et de la Nature.

Quatre sculptures monumentales en grès, telles des chouettes anthropomorphes et énigmatiques, nous accueillent, nous dévisagent, silencieuses et ambivalentes (The Nose, Fatigue, The Vivisector, The Father). Hiératiques par l’élégance de leurs émaux, elles nous scrutent de leur regard mélancolique semblable à celui des dieux égyptiens. Deux autres oiseaux mystérieux déploient partiellement leurs ailes blessées.

Dans une autre salle la figure ambiguë de Bi-Boy est entourée de six sculptures murales abstraites, sortes de matière vivante en gestation, recouvertes de nouveaux émaux de lave.

Enfin une salle intimiste avec trois représentations stylisées de la Chance sous forme de voiles gigantesques (Grande Fortuna) clôt une histoire riche de pistes possibles.

Il a récemment participé à l’exposition «Beauté Animale» au Grand Palais en 2012, et a inauguré une exposition personnelle «Fire-Works» au Musée Dhondt-Dhaenens à Deurle en Belgique.

Jusqu’au 18 mars 2013, Johan Creten dévoile au musée Eugène-Delacroix, dans l’exposition «Eugène Delacroix. Des fleurs en hiver. Othoniel, Creten» jusqu’au 18 mars 2013, un nouvel ensemble de sculptures en grès et bronze révélant la charge érotique des fleurs (à travers Odore di Femmina, Génie et les œuvres murales Wallflowers).

Vernissage
Samedi 12 janvier 2013