ART | EXPO

The Fairytale Recordings

19 Mai - 24 Mai 2017
Vernissage le 18 Mai 2017

L’exposition « The Fairytale Recordings » au FRAC Franche-Comté dévoile l’installation du même titre de Saâdane Afif. Une œuvre qui, à travers des références à l’Egypte antique, à Thomas Edison et à François Rabelais, explore les possibilités de conservation de l’immatériel.

L’exposition « The Fairytale Recordings » au Fonds régional d’art contemporain Franche-Comté présente une installation de Saâdane Afif présentée pour la première fois en France. Un ensemble de vase qui est le fruit d’une performance avec une chanteuse et actrice d’opéra et explore la pratique musicale.

 Avec The Fairytale Recordings, Saâdane Afif explore la pratique et à l’industrie musicale

L’installation The Fairytale Recordings est une série de huit vases façonnés par les maîtres de la manufacture de porcelaine de Nymphenburg suivant un dessin de Saâdane Afif. Des vases remplis d’une portée conceptuelle dont le développement a commencé en 2004. C’est au cours de cette année que Saâdane Afif invite l’artiste Lili Reynaud-Dewar à écrire une chanson qui soit en relation avec son propre travail. Cette première demande fut suivie d’autres productions de textes et de chansons par divers artistes, des éléments que Saâdane Afif a ensuite inclus dans ses expositions, parmi d’autres références à la pratique et à l’industrie musicale.

L’œuvre The Fairytale Recordings résulte d’une performance pendant laquelle la chanteuse et actrice d’opéra Katharina Schrade a interprété huit textes rédigés par Lili Reynaud Dewar, Tom Morton, Ina Blom, Mick Peter et Tacita Dean. En chantant, Katharina Schrade a rempli de ces mots les huit vases avant que chacun d’eux soit fermé par un couvercle. Une figurine en porcelaine représentant la cantatrice surmonte chaque couvercle, immortalisant le premier geste produit par Katharina Schrade au début de chacune des huit interprétations.

The Fairytale Recordings : comment conserver la trace immatérielle d’une voix ?

L’œuvre The Fairytale Recordings est riche de nombreuses références. Elle évoque en premier lieu l’invention du phonographe par Thomas Edison et les diverses techniques d’enregistrement qui l’ont suivi. Les vases jouent ici le rôle des disques et sont destinés à conserver la mémoire des mots prononcés. Mais l’installation renvoie également à François Rabelais qui, dans son ouvrage Le Quart Livre publié en 1552, faisait imaginer à Gargantua la conservation des voix en les gelant dans la glace. Enfin, les vases de Saâdane Afif, par leur forme et par leur fonction, rappellent les vases canopes qui, dans l’Egypte antique, servaient à contenir les restes embaumés d’un défunt pour symboliser son existence terrestre et assurer celle dans l’au-delà. Les vases de The Fairytale Recordings contiennent, eux, la trace immatérielle d’une existence, celle d’une voix et de mots.