ART | EXPO

Tentes Militaires

02 Déc - 13 Jan 2007
Vernissage le 01 Déc 2006

Trois ans après sa dernière exposition à Paris, Claude Viallat, pionnier du mouvement «supports surfaces», revient à la Galerie Daniel Templon avec un ensemble inédit de peintures sur tissus militaire. Abstractions aux couleurs lumineuses, ses œuvres jouent avec la texture rugueuse de la bâche et ses multiples aspérités : sangles, œillets, attaches.

Claude Viallat
Tentes Militaires

Avec cette exposition, Claude Viallat délaisse les assemblages de tissus sophistiqués et les effets de transparence qui l’avaient occupé ces dernières années. Toutes les peintures sont réalisées sur des bâches de couleur terreuse, bâches ou tentes militaires, dont l’usure révèle leur fonction passée. Il avait utilisé un tel support dès son exposition de 1980 au CAPC de Bordeaux mais c’est en 2004 avec son exposition «Hommages à Chabaud» au Musée de Région Auguste Chabaud qu’il renoue avec ce support. Dans cette exposition, Claude Viallat rendait hommage au peintre Auguste Chabaud (1882-1955) peintre régional, né à Nîmes, dont les toiles colorées, à la manière fauve, inspirées par le Languedoc, avait profondément frappé le jeune Claude Viallat alors étudiant.

Né en 1936, Claude Viallat est un des fondateurs de Supports-Surfaces, un mouvement d’avant-garde artistique qui éclot au début des années 70. Ce mouvement – éphémère – remet en question les moyens picturaux traditionnels. Regroupant entre autres Vincent Bioulès, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Jean-Pierre Pincemin ou Noël Dolla, ce mouvement à la fois théorique et politique appelle à un renouvellement de l’art par la remise en question des matériaux traditionnels comme la toile et le châssis. Viallat commence ainsi à travailler sur des bâches industrielles, libres de tous châssis, sur lesquelles il répète à l’infini une même forme abstraite. Cette «forme» qui peut évoquer tour à tour un osselet ou une main, est devenue au fil du temps sa signature. Répété au pochoir, de couleurs variées et sur des supports divers (tissus d’ameublement, tapis, matériaux de récupération), ce motif, qui annihile la notion de «sujet», permet à Claude Viallat de mener une réflexion sur le sens du geste créatif et le statut «d’œuvre d’art».

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Léa Bismuth sur cette exposition.

critique

Tentes militaires