ART | EXPO

Suspens

13 Juin - 24 Oct 2009
Vernissage le 12 Juin 2009

Formes colorées en suspension dans l’espace, jeu de corps et de lumière, le spectateur est invité à faire jouer son regard sur les peintures / écrans de Cécile Bart, dans le cadre de l’exposition Suspens.

Cécile Bart
Suspens

L’exposition s’inscrit dans le cadre de Collections D’automne proposant, de septembre à décembre 2009, un vaste panorama des activités des Fonds régionaux d’art contemporain membres de l’association Platform.

Par la mise en place de peintures / écrans, qu’elle utilise depuis la fin des années 1980, Cécile Bart invite le spectateur à vivre l’expérience du regard, non pas comme une chose détachée du monde, mais faisant pleinement corps avec lui. Intitulée Suspens, cette exposition explore plus particulièrement la sensation de poids et d’élévation, avec la dynamique propre au travail de l’artiste. L’espace, le corps, la lumière, la couleur jouent de leurs interactions et invitent le spectateur à vivre une expérience à la fois dense et légère, concentrée et joyeuse.

Pour son exposition au Frac Bourgogne, Cécile Bart met en scène des peintures/écrans dans l’espace, prolongement d’un propos engagé avec les expositions Habiter (à la Villa Arson à Nice en 1995) et Tanzen (à la Kunsthaus d’Aarau en 1998).  Pour ces projets, qu’elle évoque à propos de celui de Dijon, les peintures étaient tour à tour décors, puis corps qui se déplacent, et les expositions des scènes construites par la présence des peintures, à laquelle venait se mêler celle des visiteurs.
En effet, la peinture de Cécile Bart est un outil sensible pour explorer la réalité d’un lieu, et tout ce qui l’anime. Elle mène cette investigation par des associations de cadrages dans l’espace, qu’elle nomme les peintures/écrans. Il s’agit de châssis d’aluminium, de tailles variables, tendus de voile Plein Jour, peint à la main, de couleurs diverses.
Le choix de ce support pour la peinture est essentiel. Il est peint, puis essuyé, autant de fois qu’il est nécessaire pour obtenir la densité de couleur attendue. Une fois tendu sur châssis puis placé dans l’espace, il reste translucide et peut être traversé par la lumière et le regard.
Sa matérialité écarte d’emblée l’autonomie du tableau, car il est presque impossible de regarder la couleur seule. S’y projettent tous les événements qui entrent dans le cadre, d’autres châssis et d’autres couleurs par transparence, la présence du lieu, de la singularité de son architecture et de sa lumière, celle encore des autres visiteurs.

Pour l’exposition à Dijon, Cécile Bart a travaillé la vision panoramique qu’offre la salle depuis l’entrée, ainsi que sa profondeur, en lien avec la lumière zénithale qui baigne le lieu. Ainsi le visiteur peut choisir de rester juste au bord, sans beaucoup de recul, comme aux premiers rangs d’une salle de spectacle ou de cinéma. Il peut regarder depuis cet extérieur proche ou entrer sur scène, se plonger dans l’œuvre. Dans les deux cas, il n’est pas statique, mais invité à se déplacer, et son regard joue avec les formes colorées en suspension dans l’espace. Ainsi «voir n’est plus une fonction passive de l’œil qui enregistre fidèlement le réel, mais une activité productive qui s’inscrit dans la durée ¹ ». Les formes en suspens, restent dans une certaine irrésolution, dans l’espace (tendre vers le sol ou s’élever), mais aussi dans le temps, à la manière d’une image arrêtée au cinéma, domaine cher à l’artiste.

La perception suscitée par chaque peinture écran est nourrie et sans cesse transformée par l’ensemble de la disposition dans l’espace.
En effet, les peintures/écrans s’inscrivent dans un lieu. Cécile Bart aime à faire référence à la mise en scène plutôt qu’à l’installation. Cette référence au spectacle vivant souligne le fait que l’œuvre n’existe réellement que dans l’expérience du visiteur, dans une réalité qui intègre la temporalité.
« Le spectateur idéal serait celui qui prendrait du temps, trouverait son rythme. La perception de l’œuvre se modifierait au cour d’un déplacement “ longue durée ” avec des temps d’arrêt, des réajustements…
C’est comme un repérage. On appréhende un lieu, on se disperse et puis on trouve. ² »

Cécile Bart conçoit ses expositions par une organisation précise des peintures/écrans. Les collages préparatoires, et les maquettes, disent l’importance de ces combinaisons dans l’espace. Dans l’exposition elle-même, la matérialité du dispositif est assumée comme constitutive de l’œuvre. Elle permet de produire l’éclat, le jaillissement, l’énergie, la légèreté.

Cette procédure concrète n’est pas pour autant autoritaire ou fermée. Car, d’une part l’œuvre ne prend pas tout l’espace, il y a des trous, des hors-champs. D’autre part, l’artiste la laisse ouverte à ce qui peut advenir, et ne cherche pas à anticiper tout ce qui viendra l’animer, en particulier la nature des déplacements du visiteur, les jeux infinis de la lumière.

C’est pourquoi, les interventions de Cécile Bart inscrivent des questions propres à l’abstraction, d’organisation de formes colorées dans l’espace, dans le contexte d’aujourd’hui. En intégrant le corps du spectateur, la temporalité propre à ses déplacements, les modulations de la lumière du jour, les interactions multiples avec le lieu, Cécile Bart inscrit la peinture de plain pied dans le monde, ouverte à l’événement qui la traverse, sans l’y fixer.

Claire Legrand
directrice adjointe, responsable du service des publics du Frac Bourgogne

1. Pascal Rousseau, Optisserie, in Cécile Bart, Plein jour, Les presses du réel, Dijon, 2008, p. 302.
2. Cécile Bart, Tanzen, Aargauer Kunsthaus Aarau, 1998, p. 36.