PHOTO

Solaire + entretien vidéo

Communiqué de presse
Fabrice Lambert
Solaire

Horaires: 20h45

— Conception, chorégraphie: Fabrice Lambert
— Assistante chorégraphique: Hanna Hedman
— Interprétation : Madeleine Fournier, Clémence Galliard, Fabrice Lambert, Ivan Mathis, Stephen Thompson
— Lumière: Philippe Gladieux
— Son: Frédéric Laügt
— Costumes: Alexandra Bertaut

Poursuivant ses variations autour des éléments — eau, nuage, lumière — Fabrice Lambert revient à la forme de groupe pour composer un paysage physique en clair-obscur. L’inscription totale du corps dans son contexte suppose de faire vibrer le plateau à l’unisson d’une image mentale où s’entrecroisent mémoires individuelles, solitude intérieure et multitude. Pour atteindre cet état de tension de tous les éléments, Solaire instaure une proximité épidermique entre les errances du corps et les chatoiements de la lumière.

En collaboration avec l’éclairagiste Philippe Gladieux — concepteur d’un dispositif capable d’épouser les plus infimes oscillations du corps — s’est élaborée une installation s’attachant à suivre la fluidité du tissu chorégraphique. Comme l’explique P. Gladieux, «la lumière devient la prolongation du geste, et l’ombre son négatif. Elle est creusée par ses mouvements ou les prolonge… Elle résonne avec lui». La liaison constante entre les intensités physiques et lumineuses opère directement sur la texture de l’espace: malléable, tactile, réagissant aux interférences, réactive à la moindre impulsion, la scène enregistre et supporte les transformations, les élans intérieurs qui la traversent.

Pris dans cette trame qui les sculpte, les surexpose ou les efface, les danseurs se changent en pulsations. Leur présence cesse d’être une certitude pour devenir une inconnue, un flottement entre radiation sans contour et densité palpable. Des silhouettes se détachent, des singularités émergent, s’élancent, tournent, s’immobilisent, mais toujours en résonance les unes avec les autres. Amas, nébuleuses ou comètes solitaires, traversant des états, des images changeantes, les corps de Solaire sont des plaques photo-sensibles, conservant la mémoire des états successifs qu’ils ont parcourus.

Entretien avec Fabrice Lambert par Smaranda Olcèse-Trifan

Entretien avec Fabrice Lambert from Rencontres chorégraphiques on Vimeo.

critique

Solaire