ART | EXPO

Sol y sombra

22 Mar - 31 Juil 2016
Vernissage le 22 Mar 2016

Le Musée national Picasso-Paris présente le travail de l’artiste espagnol Miquel Barceló avec l’exposition «Sol y sombra». Peintures, sculptures et céramiques témoignent d’un travail profondément expérimental où domine un rapport charnel à la matière. Photographies d’atelier et thèmes communs témoignent des liens entre l’œuvre de Miquel Barceló et celle de Pablo Picasso.

Miquel Barceló
Sol y sombra

Le parcours de l’exposition «Sol y sombra» consacrée à Miquel Barceló au Musée national Picasso-Paris est organisé autour des différents domaines de création de l’artiste majorquin avec, pour fil rouge, le thème de l’atelier. Les thèmes de prédilection et le processus créatif de Miquel Barceló, né en 1957 sur l’île espagnole de Majorque, révèle des affinités évidentes avec le travail de Pablo Picasso.

Dans la première salle, un ensemble de tableaux représentant des vues de l’atelier de l’artiste donnent à celui-ci l’aspect d’une arène. Ils annoncent le thème de la tauromachie, prépondérant chez Miquel Barceló, en même temps qu’ils dévoilent les diverses techniques abordée dans l’atelier: peinture mais aussi sculpture et céramique.

On découvre ensuite la production sculpturale et potière de Miquel Barceló, qui se partage entre la travail du plâtre, considéré comme un art urbain et effectué dans son atelier de Majorque, et le travail de l’argile, réservé à la campagne, plus propice à la cuisson de la céramique. L’exposition souligne les  correspondances entre l’œuvre de Miquel Barceló et celle de Pablo Picasso. On retrouve chez les deux artistes une même utilisation de la matière en grande partie expérimentale, le même processus créatif qui croise les techniques et des motifs communs, tels que la tauromachie. Quelques pièces de Picasso ainsi que des photographies de son atelier par Brassaï, Dora Maar et André Villers illustrent ces correspondances.

Un grand mur de briques spécialement réalisé par l’artiste pour l’exposition en est la pièce maîtresse. Dressé entre les trois piliers centraux d’une salle, le mur est constitué de briques en terre cuite sur lesquelles est représentée une multitude de visages qui sont autant d’autoportraits de l’artiste. Cette œuvre aborde des thèmes récurrents chez Miquel Barceló: celui de l’autoportrait mais aussi celui du mur, perçu à la fois comme support, frontière et peau.