ART | EXPO

Scènes de vie

30 Oct - 18 Déc 2005
Vernissage le 29 Oct 2005

Le quotidien et ses scènes de vie anodines sous toutes ses formes : théâtre, danse, performance, littérature et vidéo. Et le 20ème anniversaire du centre du 14 et 17 décembre.

Communiqué de presse
Olivier Michaels, Dieter Roth, Marie Cool, Fabbio Balducci

Scènes de vie

Des scènes de vie anodines inscrites dans des productions artistiques tel que le théâtre, la danse, la performance, la littérature et la vidéo sont les éléments de notre programmation pour cet événement. Le quotidien sous toutes ses formes nous a occupés durant toute cette année. Cette fois, les artistes vont nous l’interpréter principalement en direct, avec leur présence physique, ou en différé, en utilisant des supports, de la vidéo ou de l’écrit.

Une autre «scène de vie» va nous préoccuper, les 20 ans d’existence du centre culturel suisse de Paris. Du 14 au 17 décembre, nous allons évoquer les différentes périodes et les différents acteurs qui ont constitué ce lieu ou qui ont contribué à son existence, de sa création en 1985 à nos jours, par le biais d’une mise en scène-fête selon l’adage: «Notre sincère désir est votre plaisir».
Michel Ritter

Durant tout l’événement
– Un bar vidéo
Une sélection de films et vidéos sera programmée dans un bar vidéo, à la carte, sur les artistes participant à «Scènes de vie» mais également sur des thèmes aussi variés que le hip hop, le disco ou des documentaires avec d’autres artistes.

– Des installations vidéo
Train d’Olivier Michaels. Déjà montré dans l’exposition «Great New York» du P.S.I de New York, «une des plus belles découvertes de l’exposition» selon Emmanuelle Lequeux (Beaux Arts magazine, juillet 2005), ce film suit le trajet d’un petit train qui parcourt toutes les pièces d’un appartement et traverse ainsi notre quotidien.
Solo Szenen de Dieter Roth. Pour la première fois à Paris, cette impressionnante installation vidéo de Dieter Roth – le journal personnel de l’artiste sur 128 moniteurs – sera présentée dans la Project room du CCS. (Courtesy Dieter Roth Foundation et Galerie Eva Presenhuber).

– Performances
Par leur présence physique, plusieurs fois par semaine, des artistes viendront nous interpréter, en direct, des «scènes de vie».
Par exemple, l’énigmatique couple que forme Marie Cool et Fabbio Balducci, tout en douceur et discrétion, restera à la disposition du public pour interpréter ses minis performances qui ne racontent rien, si ce n’est la vérité…
Sous la direction de Massimo Furlan, c’est en fait l’équipe du Centre culturel suisse qui se verra obligée de sortir de ses bureaux pour rejoindre la scène !
La célèbre Claude Wampler, croisant de manière quasi-systématique les arts visuels et la performance, présentera au CCS une série de vidéos récentes et créera une performance inter-active dans un espace transformé en vestiaire.
Avec une pièce inédite, Sundial Paris, Justin Bennett présentera quant à lui un environnement sonore. Des capteurs reproduiront des sons de Paris et placeront le spectateur au centre des événements. Etc. Tout au long de la programmation, de manière toujours inattendue, le CCS sera ainsi sous l’emprise de nombreux artistes.

– Musique
La musique, autre lieu d’échanges. De nombreux concerts au CCS durant l’événement «Scènes de vie» dont celui du jeune groupe Velma qui «dévoile une pop electronisant à la noirceur réjouissante» (Alexandre Bernier, Libération, 18.05.03). A chaque venue sur scène, nos invités s’efforceront de créer un événement qui aille au-delà d’un simple concert.

– Théâtre et danse
Le théâtre et la danse seront également le prétexte à des rendez-vous rares, inscrits dans la thématique générale de «Scènes de vie». Pour la première fois à Paris, Salome Schneebeli nous racontera une histoire et posera son regard féminin sur les clichés machos issus de la culture du Western.
Delirium, spectacle en allemand sur-titré en français, de la compagnie Plasma, nous conduira au-delà de la nuit, juste après le dernier verre, juste avant le sommeil…
Le danseur Marco Berrettini, dont le travail surprend toujours, voire même dérange (Cf. son passage remarqué au Théâtre de la Ville de Paris, l’année dernière, dans le cadre du Festival d’Automne) viendra au CCS interpréter Siesta à 14h00, tous les jours, pendant toute une semaine…
Sous le pseudonyme Foffwa D’imobilité se cache un des danseurs les plus remarquables de sa génération. Au cours de deux soirées exceptionnelles, il viendra mettre en scène son corps.
Enfin, de passage au théâtre du Rond-Point à Paris en 2004, la compagnie Aakran présentera cet hiver sa dernière création au CCS, Optimistic vs pessimistic, conçue comme une expérience particulière, en quête d’une relation à la fois naïve et critique avec le public. Toutes ses propositions investiront ainsi, chacune à leur manière, les innombrables possibilités qu’entrouvrent ces disciplines.

– Vidéo/Cinéma
Dernier champ d’exploration de notre quotidien : la vidéo et le cinéma. Les propositions en lien avec la programmation seront également très nombreuses et variées. Parmi celles ci, la sélection de films suisses sur la question israélo-palestinienne démontre que ce pays neutre, par l’oeil de ses cinéastes, a pris position dans ce conflit.
A l’occasion de Scènes de vie, le CCS et la revue Mouvement ont coédité un supplément gratuit, disponible à l’accueil du centre.