DANSE | SPECTACLE

Festival d’Avignon | Multiple-s

07 Juil - 14 Juil 2019

Avec Multiple-s, le chorégraphe Salia Sanou livre une pièce en trois temps. Trois duos — "De vous à moi", "De beaucoup de vous", "Et vous serez là" —, qu'il interprète avec l'écrivaine Nancy Huston, la chorégraphe et pédagogue Germaine Acogny et le musicien Babx.

Avec Multiple-s (2018), le chorégraphe contemporain burkinabé Salia Sanou (Cie Mouvements perpétuels) livre une pièce en trois temps. Trois duos, comme trois retours sur ce qui fait la chair d’un travail chorégraphique. Nancy Huston, Germaine Acogny et David Babin (alias Babx) : Multiple-s livre trois clefs pour découvrir plus avant la démarche artistique de Salia Sanou. Et avec elle, la danse contemporaine. À travers les liens entretenus avec l’écriture littéraire, l’écriture chorégraphique et pédagogique, ainsi que l’écriture musicale. Le premier duo, « De vous à moi », prend les traits d’une rencontre avec l’écrivaine franco-canadienne Nancy Huston. Pour le deuxième, « De beaucoup de vous », c’est la chorégraphe franco-sénégalaise Germaine Acogny qui revient sur scène. Et pour le dernier duo, « Et vous serez là », il révèle la nature de trio de chacun des deux précédents duos, en conviant sur le plateau le compositeur et pianiste français Babx.

Multiple-s de Salia Sanou : une pièce chorégraphique en trois duos

À cinquante ans, Salia Sanou a déjà vingt-cinq années de création chorégraphique à son actif. En 1993-1994, il rencontre le danseur burkinabé Seydou Boro et la chorégraphe française Mathilde Monnier — qui prendra ensuite la direction du Centre chorégraphique national de Montpellier, en 1994. Dans la foulée, Salia Sanou chorégraphie l’une de ses premières pièces : L’Héritage (1994). « Qui es-tu, finalement, Salia Sanou ? Oui, qui suis-je, intérieurement, profondément, depuis mon départ du Burkina Faso, de l’Afrique, depuis ma rencontre avec Mathilde Monnier et d’autres chorégraphes et danseurs ? » Telles sont quelques-unes des questions qui ont présidé à la création de Multiple-s. Et si, pour ainsi dire, la question de l’héritage est déjà réglée, c’est pour mieux créer. Car avec Salia Sanou, questionner l’identité ne signifie pas s’enfermer mais faire l’effort de se réinventer. Une réinvention qui passe par le geste, celui des mains qui se tendent vers l’Autre, pour secourir ou montrer un chemin.

« De vous à moi » avec Nancy Huston et « De beaucoup de vous » avec Germaine Acogny

Dans Multiple-s, le plateau n’est pas figé. Comme la Terre, la scène tourne et porte les interprètes. D’abord Nancy Huston, avec qui Salia Sanou a déjà travaillé pour sa pièce Du désir d’horizons (2016). Également pédagogue, Salia Sanou s’aventure ici à diriger une écrivaine. Du moins à l’orienter dans cette autre forêt d’écriture qu’est celle du mouvement dansé. Une discipline que connaît par contre fort bien la non moins immense Germaine Acogny. Chorégraphe et enseignante, comme l’explique Salia Sanou : « Quiconque pratique la danse en Afrique a entendu parler d’elle avant même de commencer à danser ! » Entre Salia Sanou et Germaine Acogny la connivence de la langue chorégraphique est palpable. Et si l’arthrose ne saurait empêcher Germaine Acogny de danser, Salia Sanou est quant à lui de ceux qui réussissent à la faire danser avec une cane.

« Et vous serez là », en duo avec David Babin (alias Babx) et son piano

Dernier duo, « Et vous serez là » met en lumière le compositeur des pièces sonores de Multiple-s, Babx. Salia Sanou a fait appel au poète et musicien David Babin pour l’écriture de la musique du duo avec Nancy Huston, « De vous à moi ». Et comme l’explique Salia Sanou : c’est tombé juste. Une osmose réitérée avec la création musicale pour le duo « De beaucoup de vous », avec Germaine Acogny. Et c’est avec Babx et son piano que le troisième duo se déploie ainsi sur scène. Si la pièce Multiple-s commence par un jeu de mains, elle s’achève aussi ainsi, avec des mains courant sur un clavier. Court-circuitant les attendus, Salia Sanou ne danse pas au son d’un tambour, d’un balafon ou d’une kora. Mais sur une musique pianotée, propice au flottement. Comme les racines multiples et voyageuses de Salia Sanou, Nancy Huston et Germaine Acogny, avec leurs trajectoires rhizomatiques.