ART | EXPO

Recycling containers

19 Juin - 29 Juil 2008
Vernissage le 19 Juin 2008

Les peintures de Tatjana Doll ont pour sujet les objets du quotidien et de l’industrie: sièges, panneaux de signalisation, automobiles, camions, containers, etc. Ses oeuvres, conçues à l’échelle réelle, amènent le spectateur à s’interroger sur les limites physiques de la représentation.

Tatjana Doll
Recycling containers

Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, elle a été boursière un an, à P.S.1, à New York.

Invitée par O. Enwezor à l’exposition Urgent Painting (Arc, Paris, 2002), Tatjana Doll y a présenté deux peintures « Logistic of Perception » et « Cinema Seats » (1998), laques sur toiles figurant des sièges de salle de cinéma.

La  Galerie Jean Brolly a accueilli sa première exposition personnelle en France, « Ferrari », en 2005, présentant quatorze peintures de voitures de la célèbre marque Ferrari, parfait exemple de l’excellence. Avant d’être belle, une Ferrari montre des capacités techniques exceptionnelles, l’exigence technique et la recherche de l’efficacité maximales dictant la forme en dehors de toute considération esthétique.

Les peintures de Tatjana Doll ont pour sujet les objets du quotidien et de l’industrie: sièges, panneaux de signalisation, automobiles, camions, containers, iPod, « Prada shoes », etc. Ces oeuvres conçues à l’échelle réelle amènent le spectateur à s’interroger sur les limites physiques de la représentation.

Dans quelle mesure un objet est-il acceptable ? Jusqu’où peut-on aller en peinture sans tomber dans le déraisonnable ou l’injustifiable ?

Les réponses de l’artiste reposent sur deux paramètres: la taille réelle de l’objet et les dimensions du lieu de présentation.

Devant la taille des oeuvres, telle celle d’un camion de 4 x 11 mètres, un étrange sentiment de mise à distance naît dans l’esprit du regardeur. Celui-ci, ayant perdu ses repères, se sent déplacé, déboussolé, voire rejeté par la puissance de la proposition, laquelle réside en la simple réalité traduite en peinture.

Pour clôturer l’année 2007, à la Galerie Jean Brolly, elle a proposé un ensemble de peintures évoquant la politique écologique municipale: balayeuses, containers pour le recyclage du verre, potences pour les sacs poubelle et les sacs poubelles eux-même qui ont permis à l’artiste de rendre un hommage inattendu aux verres cannelés de Raymond Hains. Leur inscription « vigilance propreté » qui a donné son titre du premier volet de l’exposition, postule une réflexion critique sur le comportement individuel et collectif.

critique

Recycling containers