ART | CRITIQUE

Recent Works

PLaurent Perbos
@22 Sep 2009

A la Galerie Yvon Lambert, l'artiste indienne Shilpa Gupta nous plonge dans un univers de peur. Ses productions énigmatiques et les discours qu’elles referment font réfléchir sur nos propres modes de fonctionnement et sur notre engagement individuel ou collectif face au monde.

En Inde, Shilpa Gupta est directement confrontée à la question du terrorisme. Son quotidien, marqué par la violence entre Hindous et Musulmans, a très tôt orienté son travail sur des sujets qui font l’actualité d’aujourd’hui. La peur et l’insécurité sont au cœur de ses productions.

Des sons épars émanent de la première salle. Quelques microphones posés sur des étagères fixées au mur laissent échapper de temps à autre des mots sans suite logique. Semblable à son autre installation Singing Cloud présentée au Laboratoire lors de sa dernière exposition «While I Sleep», l’œuvre prend ici une forme plus épurée qui n’en est pas moins efficace.
Des fils noirs tombent à l’aplomb de ces micros qui ne demandent qu’à être saisis par le visiteur. Ils serpentent jusqu’à l’émetteur posé au sol et s’apparentent alors à des rhizomes qui semblent vouloir contaminer le lieu, et accroître les réactions sensitives du public face à un danger potentiel.

Shilpa Gupta a travaillé avec une neuropsychologue indienne pour comprendre les divergences entre pensée et conscience. Elle a pour cela utilisé des questionnaires associant images et mots choisis pour le sentiment de peur qu’ils véhiculent. L’œuvre exposée en est une illustration parfaite. Les mots diffusés se détachent les uns des autres et laissent aux spectateurs le temps de se les approprier, de les laisser faire écho à leurs propres personnalités, expériences et subjectivités.

Disposée au sol contre le mur de droite une pancarte stipule: «Familiarize yourself with the nearest exit». Deux flèches opposées entourent cette consigne qui laisse dans l’expectative. S’agit-il d’apprendre à être toujours prêt à échapper à un danger endémique? Shilpa Gupta, qui est très préoccupée par les conflits entre l’Inde et le Pakistan et par les victimes au Cachemire, traite du thème de la guerre et du pouvoir de manière plus universelle. Et nous questionne à ce sujet.

Au centre de la salle suivante, sous la verrière, trône un gigantesque bloc rectangulaire composé de savons sur lesquels est gravé le mot Threat (menace). On peut prendre un savon, s’en servir. Faire ainsi disparaître l’inscription au fil d’un usage quotidien reviendrait à effacer la conscience de la menace, sinon à l’éradique.
Solliciter ainsi notre participation vise à nous faire prendre conscience que nos actions individuelles peuvent contribuer à agir sur le cours des choses et des sociétés.

Au mur sont accrochés les uns à côté des autres des tableaux noirs sous chacun desquels est suspendu un sachet plastique destiné à recueillir les craies usagées.
Sur les tableaux figurent les traces de chiffres ou de lettres maintes fois réécrits et effacés, autant de palimpsestes qui ne laissent percer aucune narration, mais qui tissent un discours plus général. Les inscriptions ne sont guère plus que des empreintes fugaces laissées par l’artiste, les traces d’un moment passé, qui n’est plus, mais qui est pourtant consigné, bien visible sur une surface.
S’agit-il là de mots étouffés, de bribes de phrases censurées, ou bien les restes d’actions artistiques militantes réprimées? Ou faut-il y voir l’expression ou la virtualité d’un engagement collectif pour une humanité à construire.

Shilpa Gupta
Threat, 2009. Savons de bain. 72 x 229 x 107 cm.
Untitled, 2009. 5 Singing Microphones. 335.3 x 15.2 x 2 cm.
Untitled, 2009. Mild steel with heating mechanism + pedestal. 132,1 x 33 x 44,5 cm.
Nearest Exit, 2009. 177.8 x 35.6 x 7.6 cm.
Untitled, 2009. MS Steel Security Grills. 350.5 x 103.6 cm.