ART | EXPO

Rare

03 Sep - 24 Sep 2016
Vernissage le 03 Sep 2016

L’exposition «Rare» à la galerie Éric Dupont présente le nouveau roman de Stéphane Zagdanski. Une œuvre autobiographique qui mêle symboliquement littérature et art contemporain. Ses pages sont des peintures, vidéos, photos et sculptures calligraphiées où la fiction se donne littéralement à voir.

L’exposition «Rare» présentée à la galerie Éric Dupont est la première expositon personnelle de Stéphane Zagdanski, plus connu jusque là pour son œuvre d’écrivain. Auteur d’une vingtaine de livres, Stéphane Zagdanski présente aujourd’hui le fruit de la fusion inédite entre littérature et art contemporain.

Le journal intime d’un processus d’écriture

Cent œuvres calligraphiées, des peintures, vidéos, photos et sculptures, sont présentées, qui forment les cent pages du dernier roman de Stéphane Zagdanski. Ce récit autobiographique intitulé Rare transcrit la vie et les pensées quotidiennes d’un écrivain parisien hanté par la question : qu’appelle-t-on écrire ? Le livre se veut le journal intime d’un processus d’écriture ; il raconte la métamorphose subie par Stéphane Zagdanski lui-même au cours de la rédaction de son précédent roman, Chaos brûlant.

Ce précédent livre dressait le constat d’un monde en déliquescence, détruit par la globalisation néolibérale. Dans ce naufrage généralisé, la crise de l’édition et l’évidence que les livres sont devenus des objets de consommation parmi d’autres ont poussé l’écrivain à tourner le dos à l’écriture et à la publication classiques, sur des pages et via des maisons d’édition. Son but est désormais d’écrire «à la main», littéralement.

Le premier roman qui ne se publie pas mais s’expose

Le projet est à la fois roman, concept et œuvre d’art plastique. Chaque page du roman, qui n’est pas destiné à une publication commerciale, est réalisée à la main non pas sur une feuille de papier mais sur un support unique et inhabituel. Un tableau, une photo, une vidéo, un mannequin d’exposition ou encore un support éphémère ou intransportable tels qu’un corps nu, du sable ou un mur d’immeuble. Dans ces derniers cas, la «page» est photographiée ou filmée. Tous ces supports ainsi que les instruments mêmes de l’écriture (pot d’encre, stylos) sont inclus dans les «pages». Ils sont ainsi littéralement consacrés à l’écriture.

Rare est plus qu’un livre, il est une œuvre physique : il ne se limite pas à décrire la transformation, il l’incarne. A travers lui, la littérature devient visible. Chaque «page» est une œuvre unique qui donne son titre au roman, premier livre qui ne se publie pas mais s’expose. Ce manuscrit à taille humaine qui agrège la forme et le fond est lisible intégralement à la galerie Éric Dupont.