ART | EXPO

Raboutages

10 Jan - 21 Fév 2009
Vernissage le 10 Jan 2009

Les nouvelles peintures de Claude Viallat s’étendent sur de longues bandes de tissu et abordent à la fois le thème des hommages aux grands maîtres de la peinture et celui de la déconstruction du tableau.

Claude Viallat
Raboutages

Deux ans après sa dernière exposition à Paris, Claude Viallat revient à la Galerie Daniel Templon avec un ensemble inédit de larges peintures sur tissus, abordant à la fois le thème des hommages aux grands maîtres de la peinture et celui de la déconstruction du tableau.

Né en 1936, Claude Viallat est un des fondateurs de Supports-Surfaces, un mouvement d’avant-garde artistique qui éclot au début des années 70.

Ce mouvement éphémère remet en question les moyens picturaux traditionnels. Regroupant entre autres Vincent Bioulès, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Jean-Pierre Pincemin ou Noël Dolla, ce mou-vement à la fois théorique et politique appelle à un renouvellement de l’art par la remise en question des matériaux traditionnels comme la toile et le châssis.

Viallat commence ainsi à travailler sur des bâches industrielles, libres de tous châssis, sur lesquelles il répète à l’infini une même forme abstraite. Cette « forme » qui peut évoquer tour à tour un osselet ou une main est devenue au fil du temps sa signature.

Répété au pochoir, de couleurs variées et sur des supports divers (tissus d’ameublement, tapis, matériaux de récupération), ce motif, qui annihile la notion de « sujet », permet à Claude Viallat de mener une réflexion sur le sens du geste créatif et le statut « d’œuvre d’art ».

Pour cette nouvelle exposition  à la Galerie Daniel Templon, Claude Viallat a décliné sa forme sur des toiles où il rend hommage à Claude Monet et à Jean-Pierre Pincemin.

Des portraits du grand maître impressionniste sont reproduits à l’envers et passablement effacés tandis que l’inscription « Monet Argenteuil » rythme la toile.

Dans l’hommage à Pincemin, Viallat reprend les couleurs de son ami et collègue fondateur du mouvement Supports-Surfaces, le rouge brique, le vert et le bleu pâle.

L’exposition présente également une seconde série de toiles constituées de raboutages de culs de fauteuils, de parasols, de tentes, formant des toiles composites aux dimensions improbables.

Après avoir présenté régulièrement des formats rectangulaires à la Galerie Daniel Templon, « j’ai eu l’envie d’éclater la surface et l’espace » explique l’artiste. « Ce qui compte, c’est la manière dont les couleurs jouent avec les couleurs qui sont en dessous, comment d’une manière intuitive et non voulue, non prévue, j’arrive à organiser une surface en densité, en intensité. »

Vernissage
Samedi 10 janvier 2009. 12h-20h.

critique

Raboutages