ART | EXPO

Rabbit Hole

05 Juin - 17 Août 2014
Vernissage le 04 Juin 2014

Musicien de formation, Oliver Beer est également un artiste pluridisciplinaire. A travers ses œuvres, il expérimente l’interaction entre l’espace architectural et la voix humaine notamment par le biais de la performance. Dans la continuité de ses recherches, il réalise pour cette exposition une nouvelle production complétée par des projets inédits.

Oliver Beer
Rabbit Hole

Pour son exposition personnelle au Musée d’art contemporain de Lyon, sur un étage du musée, Oliver Beer réalise une nouvelle œuvre dans la continuité du Resonance Project, complétée par des projets inédits.

Oliver Beer, musicien, est également un artiste pluridisciplinaire, qui réalise dessins, photographies, vidéos, performances. Ses œuvres, dans leur apparente simplicité, sont emplies de poésie et de sensations. Les moyens mis en œuvre par l’artiste créent une émotion pure.

Au cœur de l’œuvre du jeune artiste britannique, les interactions entre l’espace architectural et la voix humaine alimentent un corpus important de performances acoustiques, articulées autour de ce qu’il nomme The Resonance Project.
Dans ce «projet», il expérimente l’interaction de l’espace et du son. L’artiste révèle les oscillations de l’harmonie et sa «chorégraphie» avec le vivant, opère la mise en conversation des corps avec l’architecture et la potentialité de cette relation à en modifier les perceptions.

Comme dans sa performance Composition for Hearing an Architectural Space (2013) qui fait partie de The Resonance Project, où il réunit 2 à 6 choristes qui dialoguent avec l’espace au moyen de leurs voix. Cherchant à susciter la réaction acoustique du lieu, les chanteurs interprètent une partition composée par l’artiste et utilisent un procédé de fréquence naturelle qui provoque la résonance puis la réverbération du lieu. L’espace se met brusquement à amplifier les voix des choristes

Comme le dit si bien Oliver Beer: «Le bâtiment devient un instrument de musique interprété par les organismes qui l’habitent, les chanteurs révèlent l’acoustique de l’espace.»

critique

Rabbit Hole