PHOTO | EXPO

Project Room. La convergence des pôles

07 Juin - 29 Juin 2014
Vernissage le 06 Juin 2014

Nikolas Fouré présente le résultat de sa résidence 2013-2014 à Quimper intitulée «Chantier». Pour «La convergence des pôles», l'artiste expose une série de photographies documentant le projet qu’il a réalisé dans l’espace urbain et de nouvelles productions dans lesquelles il aborde la ville sous un nouvel angle topographique.

Nikolas Fouré
Project Room. La convergence des pôles

Après un temps de repérage dans la ville en novembre, un autre de création dans l’espace urbain en mars, Nikolas Fouré (Rennes) revient une dernière fois à Quimper pour réaliser des œuvres originales présentées dans le cadre de la restitution de sa résidence 2013-2014 intitulée «Chantier».

En mars dernier, l’artiste et ses assistants ont réalisé dix grands dessins dans les quartiers de la ville. Ces créations éphémères réalisées au sol à l’aide de plâtre et de craie dans dix lieux choisis par l’artiste, reprenaient fidèlement le plan du théâtre Max Jacob divisé en dix parties agrandies à l’échelle réelle du bâtiment, en conservant l’orientation nord/sud de l’édifice. Une fois terminées, l’artiste photographiait ses réalisations de points de vues élevés (balcons, fenêtres, toits, etc.) grâce à la contribution d’habitants, de commerçants et d’agences de gestion immobilière publique et privée.

Ce sont notamment ces images que Nikolas Fouré présente dans cette exposition intitulée «La convergence des pôles». L’artiste y présentera également des œuvres originales qu’il réalisera dans l’espace-atelier mis à sa disposition durant sa dernière résidence à Quimper du 21 mai au 8 juin prochain. Sa relation au territoire de la ville y sera encore approfondie et abordée sous un nouvel angle topographique.

«En parallèle d’une mise en œuvre réelle d’un chantier (creuser des fondations, casser des murs, en construire, etc.), le chantier se fait sur papier (ou maintenant sur écran via des logiciels). Il est avant tout conception, réflexion, mise en commun d’idées, de compétences… En fait le premier territoire d’un chantier c’est le plan. Le plan qui évolue au cours de la conception, mais c’est aussi peut-être ce qui reste d’un chantier. Ce qui fait histoire, trace de la conception, de l’évolution d’un projet. Alors bien sûr cela m’intéresse parce qu’il s’agit d’un mode de représentation. Puis aussi parce que je trouve ça souvent très beau les plans!» Nikolas Fouré

AUTRES EVENEMENTS PHOTO