DESIGN | PORTRAIT

Georges Mohasseb

16 Juin - 31 Déc 2016
Vernissage le 16 Juin 2016

Georges Mohasseb, architecte et designer libanais, s’inspire des formes organiques trouvées dans le monde végétal pour créer des pièces de mobilier en bois et en métal. Représenté par la galerie beyrouthine Smo Gallery, il a fondé sa propre compagnie, Wood&, à Paris.

Portrait de designer. Georges Mohasseb

Architecte et designer originaire du Liban, Georges Mohasseb se forme à Washington, aux Etats-Unis, où il obtient un Bachelor of Architecture. Il étudie ensuite le design à l’école Boule, à Paris, puis à la Domus Academy à Milan. Il intègre de nombreux workshops et enseigne le design dans diverses institutions académiques en Europe et aux Etats-Unis. Spécialisé dans le traitement du bois, son matériau de prédilection, il fonde en 2007 sa propre compagnie, Wood&, basée à Paris. En 2013, Georges Mohasseb participe avec la Smo Gallery, qui le représente, au salon PAD Londres où il expose sa table basse Marguerite des sables. Il participe au PAD Paris l’année suivante.

Pour ses réalisations, Georges Mohasseb puise l’inspiration dans le monde végétal. Arbres, fleurs, fruits et légumes représentent pour lui des formes organiques offrant de multiples possibilités de transformation. Le designer se laisse ensuite guider par l’émotion provoquée par les parfums, les textures et les couleurs, pour imaginer un concept et réaliser l’ébauche de son meuble. Dans des créations comme Baobab ou Marguerite des sables, on lit bel et bien une référence directe à la flore. La table de bar Baobab, réalisée en résine et poudre métallique, reprend la forme schématisée de cet arbre qui pousse dans les régions chaudes d’Afrique et d’Asie. Bouquet de fleurs offert à son épouse, la table basse Marguerite des sables est le fruit de la patience: les tiges ont été soudées une par une puis l’ensemble a été trempé dans un bain de laiton.

Fervent admirateur de la nature, Georges Mohasseb puise cependant l’inspiration ailleurs que dans le monde végétal. Avec la console Jojo, par exemple, il fait une nette référence à l’œuvre de Piet Mondrian, teintant ses panneaux géométriques «à la manière» du peintre. Le siège Samuray a été inspiré au designer par la figure du guerrier qui symbolise pour lui l’équilibre. Quant au banc d’église Bench Church, taillé dans le bois rose du Bubinga, puis incrusté de marqueterie en laiton, il reprend la posture lovée de Marie dans l’iconographie de la Vierge à l’Enfant.