PHOTO | EXPO

La Fabrique des idoles

20 Nov - 23 Fév 2020

L’exposition « La Fabrique des idoles » à la Cité de la musique, à Paris, réunit cent dix peintures-photographies et deux installations inédites du duo Pierre et Gilles, deux cents objets memorabilia issus de leur atelier, des pochettes de disques, des vidéo-clips et une playlist pour explorer leur rapport particulier à la musique.

L’exposition « La Fabrique des idoles » à la Cité de la musique – Philarmonie de Paris offre une plongée dans l’univers du duo d’artistes Pierre et Gilles sous l’angle de la musique. A travers cent dix œuvres, deux nouvelles installations et des documents inédits, elle revient sur la place particulière qu’occupe la musique dans la galerie de portraits que Pierre et Gilles ont constituée au fil des ans.

« La Fabrique des idoles » : la musique chez Pierre et Gilles

L’œuvre foisonnante que développent depuis plus de quarante ans Pierre et Gilles est profondément hybride, tant par les médiums auxquels elle fait appel que par la tonalité des images créées. Cette œuvre à quatre mains conjugue en effet peinture et photographie : les modèles posent dans des décors sophistiqués réalisés en atelier puis, une fois que les photographies prises par Pierre sont tirées sur toile, elles sont minutieusement transformées et enrichies par le travail de peinture de Gilles. Ainsi le réel se retrouve-t-il magnifié et projeté dans un univers merveilleux.

Le portrait est au cœur de la pratique de Pierre et Gilles qui immortalisent des anonymes comme des célébrités, parmi lesquels nombre de musiciens, qu’ils soient internationalement connus ou encore émergents, chanteurs populaires ou groupes underground. Ainsi le duo a-t-il composé au fil des années un panthéon personnel où se croisent notamment Sylvie Vartan, Kylie Minogue, Madonna, Claude François, Clara Luciani, Étienne Daho, Michael Jackson et Eddy de Pretto.

Pierre et Gilles s’inscrivent dans l’histoire du portrait occidental

La démarche de Pierre et Gilles s’inscrit dans l’histoire du portrait occidental tout en jouant avec les codes de l’art classique. Elle est représentative d’une des principales transformations de l’iconographie du XXe siècle, la sacralisation d’images profanes et la naissance de nouvelles idoles, notamment issues du monde de la musique. Chaque tableau de Pierre et Gilles renouvelle l’art du portrait en offrant, au-delà de la simple représentation du sujet, une histoire, inspirée par les paroles de chansons ou des souvenirs, qui reflète son univers. Enrichie d’une playlist composée par les artistes pour accompagner chaque tableau, de vidéo-clips, de pochettes de disques et d’installations d’objets mémoriels et d’éléments issus de leur atelier, l’exposition explore le rapport de Pierre et Gilles à la musique, à ses codes et à ses symboles.