LIVRES | CATALOGUE

Pierre et Gilles

L’exposition «Pierre et Gilles. Double Je», au Jeu de Paume, à Paris, permet une vision rétrospective de l’œuvre du duo, menée depuis plus de trente ans aux frontières de la photographie et de la peinture. Le catalogue de la manifestation, richement illustré, s’agrémente d’une introduction de Jeff Koons et d’un essai de Paul Ardenne sur l’«esthétique de la réconciliation».

Information

Paul Ardenne, Jeff Koons
Pierre et Gilles

Bien plus qu’un simple catalogue d’exposition, cet ouvrage réunit non seulement les 120 œuvres présentées au Jeu de Paume mais aussi 170 photographies emblématiques de leur production de ces dix dernières années dont une série d’autoportraits.

«On aime idéaliser mais on parle aussi de la mort, du mystère et de l’étrangeté de la vie. Il y a autant de douceur que de violence dans nos images…» — Pierre & Gilles.

Pierre & Gilles sont indissociables. Depuis 1976, ce couple d’artistes crée des portraits rehaussés de peinture qui transportent leurs sujets et leurs spectateurs dans une autre réalité où la culture pop, le burlesque, la mythologie, la religion, la politique et l’érotisme se mêlent en parfaite harmonie. Concevant eux-mêmes entièrement leurs décors, ils réalisent, avec Pierre dans le rôle du photographe et Gilles dans celui de peintre/concepteur, des œuvres originales, pièces uniques immédiatement identifiables. D’innombrables stars de la variété, du rock, de la mode, de l’art, du cinéma ou du monde de la nuit, tels Iggy Pop, Madonna, Marc Almond, Nina Hagen, Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg, Jean-Paul Gaultier, Etienne Daho, Laetitia Casta, Marilyn Manson, Mireille Mathieu, etc., tout autant que les anonymes rencontrés au fil de leur vie, sont passés devant leur objectif.

Selon Jeff Koons, «il est difficile d’évoquer la culture contemporaine sans parler de l’influence de Pierre et Gilles — de la publicité à la photographie de mode, de la musique au cinéma en passant par la vidéo. […] C’est un art réellement global. Effaçant les frontières entre peinture et photographie, leur collaboration reflète aussi leur confiance mutuelle. Comprendre le genre de travail qu’ils réalisent fait apparaître le haut degré de contrôle qui est le leur, mais aussi le contrôle auquel ils renoncent dans leur collaboration. J’ai toujours conçu l’art en termes d’équilibre du contrôle. En fin de compte, l’artiste abandonne le contrôle au spectateur et c’est ce sentiment de confiance que Pierre et Gilles instaurent entre l’artiste et le spectateur. Les aspects ludiques de leur œuvre sont une célébration autant qu’une critique de la culture populaire. Leur œuvre n’émet pas de jugement sur l’histoire culturelle. Ils abattent les hiérarchies de l’art et permettent ainsi au spectateur d’atteindre un niveau d’acceptation où la culpabilité et l’angoisse disparaissent. […] Leur œuvre englobe les qualités mystiques de la sexualité. Pierre et Gilles représentent une union des sexes par le truchement d’archétypes. Chaque spectateur ressent la puissance et la vulnérabilité dans leur oeuvre. Dépeindre l’innocence par la sexualité nous fait accéder à un niveau de non-jugement. Il y a là une qualité d’élévation qui imprègne tout leur œuvre. Ils sont constamment à la recherche de la beauté en toutes choses.»

Du 26 juin au 23 septembre 2007, une rétrospective célébrant leurs 30 ans de collaboration se tient au Jeu de Paume, à Paris.