ART | EXPO

Photographies, Dessins, Photomontages de Erwin Blumenfeld

15 Oct - 26 Jan 2014
Vernissage le 15 Oct 2013

L’exposition réunit l’ensemble des médiums utilisés par Erwin Blumenfeld tout au long de sa carrière marquée par l’immigration: dessin, photographie, montage et collage. Les motifs, aujourd’hui devenus classiques, de ses photographies expérimentales en noir et blanc, y côtoient ses autoportraits, portraits, ainsi que ses photographies de mode.

Erwin Blumenfeld
Photographies, Dessins, Photomontages

L’œuvre d’Erwin Blumenfeld (Berlin, 1897 – Rome, 1969) illustre le parcours artistique de l’un des plus grands photographes de mode du XXe siècle, dans le contexte sociopolitique de l’entre-deux-guerres.

Une grande partie de l’exposition est notamment consacrée à l’époque où, d’abord à Paris, puis à New York, il réalise des photographies de mode et publicitaires. Ces photographies, souvent minimalistes, essentiellement en couleur, témoignent de son incessant désir d’expérimentation.

L’exposition réunit l’ensemble des médiums utilisés par Erwin Blumenfeld tout au long de sa carrière marquée par l’immigration: dessin, photographie, montage et collage. Les motifs, aujourd’hui devenus classiques, de ses photographies expérimentales en noir et blanc, y côtoient ses multiples autoportraits, portraits ainsi que ses photographies de mode.

Multipliant les effets spéciaux (superpositions, surimpressions, démultiplications), Erwin Blumenfeld a été influencé par Dada dans sa jeunesse, comme l’illustrent ses recherches graphiques, ses collages, puis ses portraits et ses photographies de mode et publicitaires.

C’est au cours de son séjour à Amsterdam, où il s‘est exilé à la fin de la Première Guerre mondiale, qu’Erwin Blumenfeld commence à se livrer à des expérimentations photographiques en laboratoire. Il s’intéresse parallèlement à l’écriture et à la peinture. Les images qu’il crée montrent une appropriation photographique spécifique de la réalité de ces années-là. Ainsi voient le jour, par exemple, des portraits dans lesquels le thème de l’aliénation s’invite constamment.

En 1936, il s’installe à Paris où il ne tarde pas à recevoir des commandes de portraits, de photographies de mode et de photographies publicitaires. L’artiste vit les variations d’un seul et unique thème, la femme.

La publication de ses portraits surréalistes et de ses photographies expérimentales dans les magazines Verve et Minotaure lui vaut d’être entouré d’admirateurs influents. Il obtient, dès 1938, un contrat avec l’édition française de Vogue et commence un an plus tard à travailler brièvement, à Paris, pour Harper’s Bazaar.

De 1940 à 1941, Erwin Blumenfeld est interné en tant que «ressortissant étranger ennemi». À sa libération, il émigre aux États-Unis, où, jusqu’en 1943, il travaille comme photographe indépendant pour de nombreux magazines. Plus d’une centaine de ses photographies sont publiées en couverture de tous les grands magazines de mode Vogue, Harper’s Bazaar, Life, Look ou Cosmopolitan. En une quinzaine d’années, Erwin Blumenfeld invente à sa façon la photographie de mode. Il partage un studio de photographie de mode avec Martin Munkacsi jusqu’en 1943, date à laquelle il ouvre son propre studio à New York.

Au milieu des années 1950, le photographe se retire pour se consacrer à l’écriture. Ce n’est cependant qu’en 1975 que paraîtra son autobiographie intitulée Jadis et Daguerre.

L’exposition présentera près de 150 images, ainsi que des magazines permettant au visiteur de mesurer l’importance de la mise en page et de l’influence des rédacteurs. Des dispositifs sonores révèlent la radicalité de l’art du verbe chez Blumenfeld, tandis qu’un diaporama présente ses clichés de petit format, réalisés en dehors du studio et à ce jour inédits.

Vernissage
Mardi 15 octobre 2013

critique

Photographies, Dessins, Photomontages de Erwin Blumenfeld