ART | EXPO

Pedro Cabrita Reis

19 Nov - 04 Fév 2012
Vernissage le 19 Nov 2011

L'artiste portugais Pedro Cabrita Reis pratique la sculpture, la peinture, le dessin et la photographie. Bien que son œuvre repose principalement sur la sculpture, et qu'il utilise largement des matériaux de construction et de récupération, c'est à partir de la peinture qu'il conçoit son travail et qu'il se «situe au monde».

Pedro Cabrita Reis

Dans ses sculptures, Pedro Cabrita Reis utilise des matériaux de construction (briques, tubes fluorescents, câbles électriques, doubles-vitrages, etc.), ainsi que des matériaux de récupération (portes, fenêtres, bancs, échelles, etc.) qu’il combine et assemble. Son travail réside dans l’acte même de construire. Ses sculptures sont des vecteurs d’émotions: elles dessinent des territoires imaginaires, elles évoquent des architectures familières dont il ne resterait que des traces. Ses œuvres engagent le spectateur dans une expérience de l’absence et du silence qui traverse tout son travail.

Pedro Cabrita Reis s’est fait connaître par la sculpture, mais c’est à travers la peinture qu’il se définit: «Je me vois comme un peintre, dans le sens classique du terme. C’est en tant que peintre que je me situe au monde. Je n’ai fait jusqu’à présent que de la peinture, certaines plus légères, accrochées au mur, d’autres plus importantes, présentées au sol, et d’autres qui englobent tout l’espace».

Au début des années 1980, la peinture de Pedro Cabrita Reis est d’abord figurative et expressive. Puis il peint uniquement sur bois ou sur des objets en bois, notamment des portes. Il utilise également une plus grande variété de médiums (laque, plâtre).
Dans les années 1990, il remplace la peinture par d’autres objets (verre, bois, plâtre). Bien qu’exécutés sans peinture, ses œuvres présentent toutes les qualités d’une peinture. Sa pratique picturale est liée à son travail sculptural. Nombre de ses peintures utilisent comme support des éléments de fenêtres ou de portes: les vitres servant de surface picturale et les parties en aluminium d’élément sculptural et cadre.

Récemment, Pedro Cabrita Reis a réintroduit la toile dans son travail pictural. La série des «Grid paintings» (2006-2010) fait écho à sa série sculpturale des «Compounds» (initiée en 2005), dont les œuvres, littéralement «composées» d’empilements de métal, d’aluminium ou de marbre, évoquent les tours modernistes.

Principalement centrée sur la peinture, la nouvelle exposition de Pedro Cabrita Reis à la galerie Nelson-Freeman réunit un ensemble d’œuvres réalisées en 2011. Deux monochromes associant acrylique sur toile, double vitrage et cadre en aluminium: Les Bleus #1 et Les Verts #1.
À leur côté, The Metal Landscape est composée de quatre panneaux provenant d’une étagère en métal dont les traces et usures dessinent un paysage abstrait.

Autre sculpture murale, The Aluminum Monochrome #18 est construite sur le principe des «Compounds», à partir d’éléments en aluminium superposés dont la face est recouverte d’une épaisse couche d’acrylique noire.
La sculpture monumentale A Lifetime propose une version déconstruite des «Compounds». Les éléments en aluminium ne sont plus superposés régulièrement afin de former une masse compacte, mais additionnés de manière anarchique. Il s’en dégage un jeu de forces dynamiques entre les vides et les pleins; jeu encore accru par les ajouts de peinture orange venant souligner ponctuellement certaines lignes de la sculpture.
En écho à The Metal Landscape, trois acryliques sur toile — The Untitled Landscapes #26, #34 et #44 — renouent avec le genre plus classique du paysage.

critique

Pedro Cabrita Reis