DANSE | SPECTACLE

On Fire: The Invention of Tradition

31 Mai - 02 Juin 2017

Le Théâtre national de Chaillot présente On Fire: The Invention of Tradition de Constanza Macras, un spectacle qui porte un regard critique sur les représentations sociales dans l’Afrique du Sud d’après l’apartheid, tout en conjuguant danse contemporaine, traditionnelle, et hip-hop pour laisser place au mouvement.

La chorégraphe argentine Constanza Macras a certainement pour habitude de prêter attention à la vie sociale et aux comportements des individus dont elle tente de souligner dans ses spectacles la nature même. Elle n’hésite pas en effet à porter un large regard sur notre monde pour s’intéresser successivement à la situation des Roms dans Open for Everything, à l’indifférence régnant dans une société dans The Ghosts, à la vie urbaine dans The Past, ou encore s’ouvrir à un milieu inconnu dans Forest: The Nature of Crisis. Résultat d’un travail entrepris en 2014, On Fire: The Invention of Tradition poursuit une telle démarche, en s’attachant à examiner les mœurs et les traditions de l’Afrique du Sud.

On Fire: The Invention of Tradition

Pièce créée en 2015 en collaboration avec la photographe américaine Ayana V. Jackson, On Fire: The Invention of Tradition utilise comme matériau des photographies qui  interrogent et déconstruisent tous les aspects de ce que l’on pourrait appeler, le sous-titre de la pièce l’indique, des «traditions inventées» c’est-à-dire, des représentations de «l’autre» qui apparaissent dans les clichés historiques ou journalistiques et sont le résultat de logiques ségrégatives.

La pièce s’attache à réévaluer l’héritage et la tradition, en relation avec la ségrégation culturelle qui a touché l’Afrique du Sud. Si elle est articulée différemment de nos jours, notamment dans les centres urbains, elle s’immisce néanmoins dans des pratiques contemporaines. On Fire: The Invention of Tradition reflète et dénonce les modèles colonial, postcolonial et patriarcal de ces représentations de «l’autre» qui ont encore cours aujourd’hui.

On Fire: The Invention of Tradition ou la danse permanente

Pour orienter son propos, Constanza Macras s’inspire des clichés d’Ayana V. Jackson, photographe qui immortalise les stéréotypes historiques avec finesse. Sur un mode métaphorique, Constanza Macras fait poser ses protagonistes devant le public/objectif. Photo d’un instant, d’une époque révolue ? Les interprètes transfigurent leurs pensées énigmatiques en mouvements, accents, et inflexions non identifiés. On Fire: The Invention of Tradition laisse place au mouvement, qui semble ne jamais cesser. Danseurs et danseuses se contorsionnent, chutent, s’enlacent.

Entre danse zoulou et gumboot (danse percussive qui se pratique en bottes en caoutchouc et véritable mode de communication non verbal : par exemple, deux claques sur la cuisse signifie « Le patron arrive !« ), entre danse contemporaine et hip-hop, entre popping et waving, Constanza Macras concentre sa pièce essentiellement sur la danse. Ironique, elle va même jusqu’à laisser ses danseurs et danseuses s’évader sur des airs d’opéra, à faire des sissones et des pirouettes.