ART | CRITIQUE

Odd or even

POrnella Lamberti
@19 Juin 2011

D’immenses toiles verticales rayées, néanmoins transparentes, sont disposées devant des murs à rayures. Chez Cécile Bart, les toiles servent à révéler les cimaises. Pas l’inverse...

L’exposition «Odd or even» de Cécile Bart est une installation qui envahit toute la galerie Chez Valentin. L’artiste française a recouvert les murs de bandes horizontales relativement larges, peintes en aplats. Trois gammes colorées s’y confrontent: une à base de jaune et de blanc, une autre mêlant le bleu et le violet, une autre enfin, mélange des deux précédentes.

Devant ces peintures murales se tiennent des toiles verticales de Tergal soutenues par des châssis en aluminium, nanties de rayures également et arborant les gammes colorées décrites plus haut. La finesse diaphane du textile permet de voir par transparence les rayures des cimaises.

Peintures/écrans et peintures murales s’entrechoquent ainsi, créant une légère confusion visuelle. Les rayures ne se superposent pas parfaitement, créant de nouvelles bandes hybrides. Les couleurs interfèrent entre elles, donnant naissance à d’autres couleurs et textures. Ces combinaisons changent au fur et à mesure que l’on arpente l’installation.

Impossible de ne pas convoquer l’héritage de Daniel Buren à la vue de cette installation. En particulier, cette œuvre évoque en miroir celle que Daniel Buren avait conçue pour le Mac de Lyon, Le Temps d’une œuvre, en 2005, dans le cadre de la Biennale d’art contemporain: plusieurs plaques de plexiglas coloré, verticales, en file indienne, se faisaient écran. La lumière du jour transparaissant des vitres en verre de la salle d’exposition traversait cette enfilade colorée et faisait jouer les différentes teintes, les superposant, les mêlant.

A l’instar de Daniel Buren, Cécile Bart se sert de la rayure comme d’un «outil visuel» servant à révéler des espaces, des lieux. Le motif visuel de l’installation in situ, récurrent et omniprésent, attire l’œil et permet de remarquer le support sur lequel il s’appuie. Ainsi fonctionnent les œuvres de Daniel Buren, ainsi fonctionne «Odd or even» de Cécile Bart.

Les peintures/écrans de l’artiste affrontent donc sereinement leur étrange destin — pour des œuvres d’art, s’entend: révéler au regard les cimaises…