DESIGN | EXPO

Objets siamois

27 Mai - 26 Juin 2010
Vernissage le 26 Mai 2010

Les nouveaux objets-mobiliers siamois, ambigüs et raffinés de Mathilde Bretillot investissent l’espace de la rue Quincampoix. Ils seront accompagnés d’une pièce interactive créée spécialement par Gareth Hallberg.

Communiqué de presse
Mathilde Bretillot
Objets siamois

Un pied dans l’univers du luxe, les cinq nouvelles pièces de mobilier présentées dans l’exposition sont faites d’élégance et de raffinement, toutes en courbes et en légèreté, à l’image de l’objet Reflet contourné: trio de miroirs courbes qui joue sur l’éclatement de la forme douce du nuage qui se délite progressivement. Tout dans la forme ronde, féminine, douce et sophistiquée évoque ce que l’historien du design Brice d’Antras a appelé «dandysme au féminin». Que ce soit dans la forme tubulaire d’un banc en aluminium laqué, Just Passing by, dans le duo de miroirs créoles, Uno per te uno per me, ou encore dans l’arche lumineuse et presque aérienne, Sole mio, le design pluriel de Mathilde Bretillot transforme l’environnement contemporain en y apportant couleur et gaîté.

À l’occasion de l’exposition, Mathilde Bretillot, connue pour son goût du travail en équipe, invite l’artist/programmer britannique Gareth Hallberg à créer une installation interactive qui joue sur leur intérêt commun pour la place privilégiée que le visiteur doit occuper dans le dispositif. À l’image de l’objet, qui habite l’espace et le nourrit de vie, le visiteur fait ainsi, lui aussi, partie intégrante du lieu et l’anime.

À la fois designer et architecte d’intérieur, le travail de Mathilde Bretillot s’élabore à partir d’un dialogue soutenu avec ses commanditaires. Nourrie par ses collaborations avec Martine Bedin et Michele De Lucchi à Milan, Ross Lovegrove à Londres ou encore Philippe Starck à Paris, elle explore depuis 25 ans le potentiel des formes et de l’espace, qu’elle transmet aujourd’hui à ses élèves de l’École Camondo à Paris et de La Cambre à Bruxelles.

critique

Objets siamois