DESIGN | CRITIQUE

Objets d’exception: design et métiers d’art

PRuth Gurvich
@14 Juin 2010

A l’occasion de sa participation aux Designer’s Days 2010, le Via expose une sélection d’objets conçus par des créateurs contemporains à partir de savoir-faire empruntés aux métiers d’art. Une rencontre souvent fertile, qui ouvre au luxe de nouveaux territoires.

La deuxième partie du titre de l’exposition «Design et Métiers d’art» mérite toutefois d’être nuancée , la sélection du Via ne se limitant pas aux seules collaborations entre designers industriels et Maîtres d’art. L’objectif est plutôt d’explorer la porosité entre ces deux univers… quels que soient les protagonistes de ce métissage, et les liens qui se nouent entre eux: artisans assurant à la fois le design et la réalisation, designers parfaitement familiers des techniques artisanales, architectes, décorateurs, éditeurs, galeristes…

Le résultat de ces influences croisées est en revanche parfaitement résumé par le terme «objets d’exception». Sont ici rassemblés près de soixante objets (meubles, luminaires, objets de décoration, services de table) dont le luxe, tour à tour discret ou ostentatoire, laisse sans voix.

N’en citer que quelques uns tient déjà de l’injustice tant chacun mériterait un long exposé. La richesse des détails et des matériaux utilisés, la maîtrise de la réalisation et l’inventivité des formes sont les dénominateurs communs de cette sélection. Chaque objet illustre (au moins) un savoir-faire, dont certains sont assez rarement associés à la création de meubles ou à l’aménagement intérieur: broderie (les coussins de sol Lou et Léa), dentellerie (Lustre L’Alicanto), damasquinure (Coupe Paracas)…

Le parcours s’articule autour du dialogue entre deux pièces monumentales, situées à chaque extrémité des trois salles voûtées. D’un côté, le paravent Jardin extraordinaire (design Jean Boggio, réalisation et édition Jean Boggio for Franz) : trois imposants bas-reliefs en porcelaine, reliés entre eux par des charnières sculptées, sur lesquels se dessine un jardin exhubérant. De l’autre, l’armoire Hommage à un boxeur déchu (Design Joseph Hilton McConnico, réalisation Atelier Rinck / Georges Vriz): un chef d’œuvre de marqueterie, combinant 14 essences de bois, du plastique blanc, de l’os et des feuilles d’or. Pour ouvrir les portes de cette «armoire à glace», il faut tirer sur les cordons du short du «boxer déchu»… On pense à la Fig Leaf Wardrobe du designer Tord Boontje, autre exemple de prouesse artisanale non dénuée d’humour.

Deux folies d’esthète donc, deux objets cannibales qui dévorent par leur taille et leur présence tous ceux qui les entourent. Parmi ces derniers, nombreux se distinguent pourtant par leur expressivité. Par exemple, la lampe Cartonna (design Pucci de Rossi, réalisation Pucci de Rossi et Arquie) qui se joue de l’image de préciosité associée à la porcelaine en lui donnant l’aspect du plus commun des matériaux: le carton. Ou la suspension Candy Cane, en verre borosilicate (design Jean-Marc Gady, réalisation Wilfried Allyn) qui, à l’inverse, transforme un objet industriel que l’on associe habituellement aux espaces collectifs les plus glauques (le néon) en un objet baroque et somptueux.

Au-delà des qualités propres à chaque pièce, l’intérêt de cette exposition est double: il est d’abord de montrer combien la distinction traditionnelle entre design et arts décoratifs a cessé d’être une clé de lecture pour apprécier la richesse de la création contemporaine. Il est aussi de mettre en valeur la diversité des talents qui s’emploient à tirer le meilleur de chaque discipline pour réinventer la définition du luxe appliqué à l’habitat.

Pucci de Rossi
— Lampe à poser Cartonna, 2010. Travail de la porcelaine. Réalisation Pucci de Rossi et Arquie.
Mathilde Brétillot
Lou et Léa, 2010. Broderie, coussins de sol. Réalisation Régis Lièvre pour Lane
Jean-Louis Hurlin (Maître d’art, design et réalisation)
— Coupe Paracas, 2010. Damasquinure.
Jörg Gessner
— Lustre L’Alicanto, 2010. Dentellerie. Réalisation Solstiss, la Ferté Confection.
Joseph Hilton McConnico
— Armoire Hommage à un boxeur déchu, 2010. Ebénisterie, marqueterie de bois et dorures. Réalisation: Rinck / Lacroix Marecc / Alm Deco.
Jean-Marc Gady
— Suspension Candy Cane, 2010. Verrerie d’art. Réalisation Wilfried Allyn.