ART | EXPO

Mémoires du futur. Collection Olbricht

22 Oct - 15 Jan 2012
Vernissage le 21 Oct 2011

La mort et sa représentation, la vanité des choses, la foi, la guerre, la fragilité et la beauté du corps féminin, le regard des artistes sur l’étrange et le merveilleux, rendent la collection olbricht unique et hautement troublante.

Eva Aeppli, Stephan Balkenhol , Gian Paolo Bertozzi et Stefano dal Monte Casoni, Wim Botha, Glenn Brown, Berlinde de Bruyckere, GL Brierley, Robert Capa, Maurizio Cattelan, Jake et Dinos Chapman, Francesco Clemente, Mat Collishaw, George Condo, William N. Copley, Thierry de Cordier, John Currin, Nathalie Djurberg, Desirée Dolron, Marlène Dumas, Slawomir Elsner, ClaireFontaine, Katharina Fritsch, Laurent Grasso, Kendell Geers, Franz Gertsch, FORT, Julie Heffernan, Jeppe Hein, Damien Hirst, Johanna Karlsson, Terence Koh, Kitty Kraus, David LaChapelle, Wolfe Von Lenkiewicz, Thomas Lerooy, Liza Lou, Marcin Lukasiewicz, Alan McCollum, Ryan McGinness, Haruko Maeda, Margherita Manzelli, Kris Martin, Charles Matton, Dawn Mellor, Marilyn Minter, Ron Muek, Vik Muniz, Nicholas Nixon, Tim Noble et Sue Webster, Patricia Piccinini, Pierre et Gilles, Sigmar Polke, Ged Quinn, Daniel Richter, Gerhard Richter, Antoine Roegiers, Gitte Schäfer, Gregor Schneider, Dennis Scholl, Thomas Schütte, George Shaw, Cindy Sherman, Floria Sigismondi, Carolein Smit, Anj Smith, Kiki Smith, Terry Taylor, Sam Taylor-Wood, Paloma Varga Weisz, Richard Wathen, René Wirths, Heimo Zobernig
Mémoires du futur, la collection olbricht

Médecin de profession, grand collectionneur d’art, originaire d’Essen en Allemagne, Thomas Olbricht a créé il y a deux ans un nouveau lieu dédié à l’art contemporain à Berlin, me collectors room, pour y présenter des expositions temporaires, à l’instar de la maison rouge. La collection Olbricht, l’une des plus importantes d’Allemagne, réunit plus de 2500 oeuvres, dont un florilège est exposé de manière permanente à me collectors room, est présentée pour la première fois en France.

Sa spécificité est son ouverture, puisqu’elle couvre plus de 500 ans d’histoire, du 16è siècle à nos jours, comprenant des oeuvres aux supports, médiums et genres les plus variés : des gravures de Albrecht Dürer, Martin Schongauer ou Francisco de Goya à celles des frères Chapman, des photographies historiques de Robert Capa aux tirages de Cindy Sherman ou Vic Muniz de la peinture flamande et italienne aux réalisations de Gerhard Richter, Sigmar Polke ou Allan McCollum, des statuettes en ivoire de la Renaissance aux bronzes de Thomas Schütte ou aux cires de Berlinde de Bruyckere.

L’une des caractéristiques les plus frappantes de cette collection est la reconstruction d’une Kunst und Wunderkammer (un cabinet d’art et de curiosités). Prototype de l’idée occidentale du musée à la Renaissance, collection d’objets spécifiques, assemblés en fonction de certains critères, comme l’émerveillement et la connaissance, la tentative d’approcher le monde dans la compréhension des corrélations entre art, nature et science.

S’y retrouvent des matériaux naturels organiques ou minéraux, de précieux modèles anatomiques miniatures, des instruments de mesures originaux, des outils chirurgicaux autant que des objets d’art, avec un focus particulier sur les memento mori, objets représentant crânes et squelettes, aussi bien en ivoire, qu’en coquille de noix ou en bois et corail, dont le but essentiel au-delà de la prouesse artistique, était de rappeler à l’homme qu’il est mortel.

Par ailleurs, Thomas Olbricht réunit depuis une vingtaine d’années un autre ensemble qu’il aime à présenter en parallèle à cette collection historique : sa collection d’art contemporain. Eclectique dans ses choix, qui ne sont portés que par sa passion, le collectionneur boulimique rassemble des artistes reconnus par l’histoire de l’art et parfois le marché, et des jeunes inconnus du monde entier. Foncièrement postmodernes, attachés à la narration et à la figuration pour la plupart d’entre eux, les jeunes artistes choisis par Olbricht regardent avec curiosité l’art des siècles passés et n’hésitent pas à s’en nourrir et à se mesurer à leurs maîtres.

A travers une sélection de peintures qui confrontent des positions d’artistes diverses, en ruptures et en tensions, qui vont de Gerhard Richter et Sigmar Polke à Franz Gertschou John Currin, jusque Daniel Richter et une très jeune génération comme Jonas Burgert, Wolfe von Lenkiewicz ou Richard Wathen, le public découvrira une peinture contemporaine méconnue en France. Seront également présentées des installations et des sculptures (Jake et Dinos Chapman, Gian Paolo Bertozzi et Stefano dal Monte Casoni, Katerina Fritsch), de photographies historiques et contemporaines (Nick Ut, Nicholas Nixon, Désirée Dolron, Matt Collishaw), toujours liées par les thématiques chères au collectionneur. A travers cette sélection d’environ cent cinquante oeuvres, l’exposition dresse le portrait d’un amateur original et exigent.

critique

Mémoires du futur. Collection Olbricht