ART | EXPO

Mauvais plis

05 Juin - 24 Juil 2010
Vernissage le 05 Juin 2010

Un élément relie tous les styles que Killofer aborde: la matière. Ses nouveaux dessins ne dérogent pas à la règle: on découvre des froissages, des frottages à la mine de plomb, des effets «peau d’éléphant», des paysages lunaires, etc.

Communiqué de presse
Killoffer
Mauvais plis

L’art et la matière
On connaît Killoffer pour ses publications en bandes dessinées, pour ses illustrations dans Libération et autres magazines puis, depuis quelques années, pour ses dessins exposés dans la galerie d’Anne Barrault. De toutes ces collaborations et pensées diverses, on peut constater que, cet artiste peut et sait développer plusieurs styles, plusieurs manières, très différents tout en restant «du Killoffer» et sans ressembler à autre chose.

On peut lui trouver des affinités électives avec d’autres artistes présents ou passés, mais Killoffer a su imposer sa marque de fabrique sans en faire un logotype. Il ne répète pas inlassablement le même truc, fait assez remarquable de nos jours. Killoffer sait et aime mettre en danger ses acquis,
meilleure manière d’évoluer et accessoirement, de ne pas s’emmerder une vie entière à gérer en bon père de famille un petit capital caché sous le matelas. Il ne se repose pas sur ses lauriers, comme on dit.

Un élément relie tous ces styles-manières empilés, élément qui revient dans beaucoup de ses oeuvres: la matière. Grain du papier révélé par frottage de la mine de plomb façon Seurat, reproduction quasi hyperréaliste de matière existante façon Vija Celmins (mais avec de l’humour…), etc.

Les derniers dessins de Killoffer ne contrarient pas cette constatation. Ils vont même un cran plus loin puisqu’ils sont matière même pour la plupart: froissages, peau d’éléphant, paysages lunaires, fumée. Un dessin sur un grand lé de papier préalablement froissé propose des abstractions organiques faites au crayon dans les replis et plis. On dirait des gros plans sur l’épiderme. Ce n’est pas très loin du remplissage propre à l’art brut et à sa poésie répétitive. Vrai trompe-l’oeil sur faux trompe-l’oeil.

Un autre dessin, faux froissage dessiné sur vrai papier lisse fait écho au précédent. Et cet effet de froissage trouve une résonance dans une autre oeuvre, au fond du trou dans lequel des vers inquiétants (mais souriants) se précipitent.

Il serait réducteur de confiner Killoffer dans ce seul secteur et d’en faire le chef de file du mouvement matiériste. Killoffer est — et reste — le grand dessinateur acerbe avec tout son humour noir toporien. Quelques-uns de ses classiques pour périodiques sont exposés, comme ce fantôme effrayé oxymore exhalant une fumée intérieure laissant penser que tout ne va pas très bien, Madame La Marquise; ou ce petit bonhomme couronné d’un champignon atomique prouvant bien que le monde qui l’entoure n’est pas non plus au meilleur de sa forme.

Killoffer, c’est un peu comme cette fameuse ritournelle: il est passé par ici, il ne repassera pas par là.

critique

Mauvais plis