ART | EXPO

Maniac Summer

05 Déc - 09 Jan 2010
Vernissage le 05 Déc 2009

A Paris pendant l’été 2009, Chantal Akerman a collecté des sons et des images. Dans le bas de la galerie, elle présente en tryptique le fruit de cette collecte.

Chantal Akerman
Maniac Summer

Pour cette exposition, Chantal Akerman a tourné des images et des sons à Paris pendant l’été 2009. Ces sons, ces images se sont installés dans le bas de la galerie dans un tryptique sans attaches.

Au rez-de-chaussée: un film orphelin
Tombée de nuit sur Shanghai prélude à «Maniac Summer» dans une frontière poreuse, entre la salle de cinéma et la galerie.

En bas: d’un film orphelin à l’autre, en devenir.
Sans sujet ni objet.
Sans début ni fin.
Un film qui implose
Entre l’Eden et la catastrophe.

En devenir. En éclats. Éclats de catastrophes.
Un film qui se multiplie au moins quatre fois, parfois 5 quand il est pris dans la catastrophe, quand la vitesse de la lumière semble être dépassée.
Comme à Hiroshima. Et comme à Hiroshima, il laisse des traces, mais en devenir.
Un film qui explose et glisse avant de mourir.
A côté de lui, les fantômes gigotent toujours. Continuent leur danse macabre.

Un film qui se répète jusqu’à en perdre ses couleurs comme des ombres, des fantômes, des traces.

Un film qui se réorganise dans un paysage,
Se sépare.
Du noir et blanc au blanc et noir.
Presque méconnaissable.
Des formes souvent presque abstraites.
Voilà ce que peut devenir un film orphelin.
Sans auteur, sans sujet, ni objet. Muet.

critique

Maniac Summer