PHOTO | EXPO

L’ivresse du mouvement. Sport et photographie

13 Fév - 22 Mai 2016
Vernissage le 12 Fév 2016

Si la quête du mouvement va faire le bonheur des premières revues photographiques, elle se retire ensuite au profit d’une esthétique sculpturale. A travers magazines et clichés de l’entre-deux guerres, le Musée Nicéphore Niépce présente l’œuvre d’André Steiner, Jean Moral, Jan Lukas, Pierre Boucher, Isaac Kitrosser, ainsi que la presse sportive illustrée de l’époque.

La quête du mouvement, qui va faire le bonheur des premières revues photographiques, se retire au profit d’une esthétique sculpturale. Si à l’origine Marey et Muybridge sont utiles à la compréhension du geste, l’espace photographique des années 1930 se confond avec l’art antique de la statuaire et du nu. On se méprendrait à voir dans cette évolution un passage de l’eugénisme de l’éducation physique à une reconnaissance de l’intime. La pratique sociale et collective du sport suspend le soupçon d’indécence de la nudité. Le corps dénudé perd toute signification érotique au profit d’un idéal sociétal.

La gymnastique est à l’origine une pratique sociale réservée à une «élite». Elle participe d’un art de la représentation de soi. En exhibant ostensiblement ce corps redressé, la photographie célèbre un mode de vie rejetant le laisser-aller et sa soumission aux tentations et aux plaisirs. A la recherche de la perfection du geste, la nouvelle «aristocratie» de l’entre-deux-guerres, tout en s’inspirant de ce modèle eugéniste, voit dans la pratique sportive une adhésion à la modernité débarrassée de l’individualisme. La performance supplante le bien-être et la vie au grand air n’est plus que la continuation des prouesses vues et admirées dans les magazines.

Les nombreuses et nouvelles revues développent sur l’espace des doubles pages la géométrie de la mécanique corporelle. Les manuels d’éducation physique et sanitaire sont relégués à des cercles restreints. Il ne s’agit plus de fabriquer des corps prêts à lutter contre le barbare, le voisin allemand. L’ascèse n’est plus le moteur de la nouvelle conception du corps. La photographie sportive renseigne sur la puissance et la richesse des nations. Cette sensibilité nouvelle, le passage d’un mode de vie à l’exaltation de l’exploit sportif, est à rapprocher du dynamisme de la presse et, en particulier, des développements des techniques de reproduction. La presse se saisit de la photogénie du corps sportif qui n’est rien d’autre que celui d’un demi-dieu, l’héritier d’un héros homérique, surpris au plus près.

Le sport et la photographie s’associent à définir la modernité. Ils ont tous deux en commun l’idée du partage du moment et de l’instantanéité. Précis par nature, proche dans l’action, la photographie va au-delà de l’enregistrement. Elle transpose un instant dont la nature est d’être éphémère. Ce que le magazine des années trente invente n’est rien moins que la transfiguration d’un acte simple en chant épique. L’image mécanique, soutenue par un verbe louangeur, transcende l’événement pour en faire un véritable phénomène collectif.

Dès 1919, ceux que l’on appelait les «préparatistes» souhaitent contribuer au redressement de la France. En 1918, c’est la puissance et la santé d’un peuple qui a vaincu la puissance et la santé d’un autre peuple. Mais, on s’appuie désormais sur l’exemplarité du vainqueur et non plus seulement sur des principes et des vertus. Le caractère spectaculaire de la photographie ne peut se contenter de corps s’ébrouant dans des paysages bucoliques. Il lui faut désormais la théâtralité du stade pour que le corps puisse exprimer ses qualités dramatiques et devenir support de mythes. La photographie devient alors une composante essentielle des idéologies totalitaires.

Autre matérialité de la substance corporelle, la valeur accordée au corps est en même temps une déréalisation du sujet. L’effort est une charge symbolique. L’image de l’anatomie du champion accède au sacré. Enveloppe impérissable, elle s’intègre dans l’histoire longue de l’Occident. Par contre, le corps de l’autre se voit déshumanisé, prêt à être sacrifié. Les magazines de l’Intelligentsia, Vu en particulier, n’hésitent pas à associer le corps du prolétaire usé au siècle de l’industrialisation. Le corps n’appartient plus aux individus. Le corps de la modernité photographique est une construction sociale, une fiction.