ART | EXPO

L’Inventaire, vol. 5. Acquisitions de 1992 à 1996

18 Sep - 06 Déc 2015
Vernissage le 18 Sep 2015

Le cycle d’expositions «L’Inventaire» est l’occasion, pour le Frac, de se pencher sur le sens et l’histoire de sa collection. «L’Inventaire, vol. 5» réunit les œuvres acquises de 1992 à 1996 sous la direction d’Alexandra Midal. Elles témoignent d’une nouvelle esthétique, marquée par une génération d’artistes en rupture avec la décennie précédente.

Stephan Balkenhol, Lynne Cohen, Delphine Coindet, James Coleman, Anne Gardiner, Manuel Gipouloux, Rodney Graham, Marc Hamandjian, Fabrice Hyber, Valérie Jouve, Ken Lum, Walter Niedermayr, Yvan Salomone, Franck Scurti, Beat Streuli, Stephen Willats
L’Inventaire, vol. 5. Acquisitions de 1992 à 1996

Depuis septembre 2011, le Frac Haute-Normandie réfléchit aux modes possibles et distincts de monstration d’un fonds qui, par définition, est en mouvement constant et donc rarement exposé dans sa totalité. L’observation sur plusieurs années des œuvres de sa collection par leur numéro d’inventaire permet de les réunir périodiquement. Peu accessible pour le public, ce numéro est déterminant puisqu’il désigne l’ordre d’entrée de chacune des œuvres dans la collection.

«L’Inventaire» prend pour méthode d’exposition la suite chronologique de ces numéros. Le principe de «L’Inventaire» invite ainsi à observer la collection, non plus selon une approche thématique et/ou subjective, mais selon un système dont les règles et modes de monstration incitent à aborder les œuvres de la collection sous un angle linéaire et contextuel. Le cycle de «L’Inventaire» est l’occasion, pour l’institution, de se pencher sur le sens mais aussi la dimension aujourd’hui historique de ce fonds.

«L’Inventaire, vol. 5» réunit les œuvres acquises de 1992 à 1996 qui témoignent d’une nouvelle esthétique, marquée par une génération d’artistes en rupture avec la décennie précédente. Au Frac Haute-Normandie, cette période correspond aussi à la direction d’Alexandra Midal et les nombreuses commandes passées à des artistes comme Franck Scurti, Stephen Willats, Ken Lum et Stephan Balkenhol, qui rompent avec les politiques d’acquisitions des années 1980.

Parallèlement, de grandes installations font leur entrée dans le fonds comme les Trèfles de Delphine Coindet et la Camera Obscura Mobile de Rodney Graham. Cette période marque également l’entrée d’œuvres de type «Nouveaux médias»: La Tâche Aveugle de James Coleman et Allen Street de Beat Streuli présentées exceptionnellement dans les Grandes Galeries de l’ESADHAR, dans l’aître Saint-Maclou, à Rouen.

Autre lieu
Grande Galeries de l’ESADHAR (du 5 sept. au 10 oct.)
Campus de Rouen Aître Saint-Maclou
186, rue Martainville
76000 Rouen